Grève à Kati : Des syndicats soutiennent l’indiscipline d’une militante

5

Les syndicats du secondaire (Synefct, Sypesco, Synesec, l’ONT et la Coses) observent un arrêt de travail pour cinq jours à compter du lundi dernier. Ils protestent ainsi contre la mutation d’une militante du Synefct suite à des mauvais comportements dans son école.

Le directeur de Noumorila A, Seydou Assad Sissoko avait plusieurs fois condamné le mauvais comportement de son adjointe, Balakissa Alassane et a demandé sa mutation pour un bon fonctionnement de son établissement. Après plusieurs rapports déposés par le directeur, la dame en question a été mutée de Noumorila A à l’école publique de Kati Sananfara.

Mais Balakissa mécontente de cela, avec l’aide de son syndicat le Synefct a transformé ce problème administratif à un problème syndical.

Le directeur que nous avons approché a expliqué que depuis qu’il a commencé son service à Noumorila A en octobre 2016, Balakissa n’est jamais venue à l’heure. « Elle fait au minimum 15mn de retard sinon plus », a-t-il affirmé. Or, dans le règlement intérieur, un enseignant doit être à l’école 15mn avant la rentrée pour la préparation de la classe. Pourtant, « Balakissa loge juste à 200 m de l’école », a indiqué son directeur.

« En plus de ces retards, Balakissa a beaucoup d’autres défauts : elle amène ses trois enfants à l’école et se sont les élèves qui s’occupent des entretiens de ceux-ci pendant les heures de cours, elle passe la plupart de son temps à faire le tour des classes au lieu de s’occuper de ses cours et pire, elle ne prépare pas régulièrement les leçons », selon M. Sissoko.

Plusieurs fois, Balakissa a été interpelée par son directeur pour qu’elle change de comportement, mais sans succès. Même le directeur coordinateur de l’école l’a interpelé à quatre reprises pour arranger la situation, mais rien n’a changé. En plus de cela, le directeur affirme que Balakissa « est arrogante, très violente » surtout envers ses élèves.

Après son dernier rapport sur Balakissa Alassane, le directeur Seydou Assad a demandé à ce qu’elle soit mutée pour éviter plus de problèmes avec elle. Chose qui a été faite, sa note de service a été signée le 10 octobre 2018 et elle a été informée le 12 octobre. Mais elle refuse de rejoindre son lieu d’affectation (Kati Sananfara) au profit de Noumorila C, où elle s’entend bien avec le directeur. Et selon son ancien directeur, depuis son départ, il n’y a plus de cohésion entre Noumorila C qui soutient la et les autres enseignants.

Au regard de cette situation, la coordination des directeurs et les autorités municipales de Kati se sont rendus chez le préfet pour dire non au retour de Balakissa à Noumorila.

Le président de la coordination des directeurs a aussi témoigné que ce problème date bien avant la nomination de l’actuel directeur de Noumorila A, Seydou Assad Sissoko. Car avec son prédécesseur, la situation avec Balakissa était encore pire.

Malgré le comportement de sa militante, le Synefct et les autres syndicats d’enseignant de Kati durcissent le ton. Ils vont jusqu’à réclamer le départ de ses fonctions du directeur du cap de Kati. Pour l’instant, ils sont en grève pour cinq jours du lundi 4 mars au vendredi 8 mars.

Zeïnabou Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here