CELEBRATION d’Anniversaire en Grande pompe du GAL Moussa Diawara: Quand le patron des services de renseignements se trompe de moment

Supposé être un homme discret, peu bavard et surtout moins visible, le directeur général des services de renseignements a brisé le mythe à travers un festin sur ses 50 ans. Des stars internationales et nationales ont fait le défilé autour du chef des services de renseignements maliens et ses camarades, dont le ministre de la Communication, Arouna Modibo Touré. Alors que 807 écoles sont fermées au centre à cause de l’insécurité et la police nationale menace de tenir un sit-in du 18 au 19 mars pour le paiement de leurs perdiems de la dernière présidentielle.
Le week-end dernier, les Maliens ont été des témoignes impuissants d’un évènement peu ordinaire. En tout cas, pas de la tradition malienne. Il s’agit des vidéos de l'événement festif de l'anniversaire du général Diawara, DG de la Sécurité d’Etat (SE) du Mali. Le coût visiblement exorbitant de cette fête privée est absolument contraire au comportement professionnel, très conciliant du général Diawara. Le général s’est donné le loisir alors que les agents de la sécurité crèvent. La coordination des syndicats de la police nationale, composée du Syndicat national de la police, de l’Alliance nationale pour la police et du Syndicat de la police nationale est montée, jeudi 7 mars, au créneau à travers une conférence de presse, au Groupement mobile de sécurité (GMS). Selon les responsables de la Coordination, l’idée est partie du constat de « la passivité et la mauvaise foi » des autorités pour la mise en œuvre des accords signés suite aux préavis de marche en date du 27 avril 2018 et du 22 novembre 2018. « Nous avons 15 points de revendication. Il s’agit de la situation des perdiems des 1er et 2e tours de l’élection présidentielle, le rappel de la prime globale alimentaire de la dernière promotion des élèves sous-officiers de la police, le titre OPJ pour les sous-officiers de police, dans les conditions prévues par la loi », indique le Sergent/Chef Jean Antoine Samaké, porte-parole de la coordination.
Les revendications des policiers ne sont pas que financières. Ils souhaitent aussi la réintégration des policiers radiés de 2012 à nos jours, le cas des 119 diplômés, la nomination des officiers dans les postes de commandement, la modification de la décision n°2019-0602/DGPN-DPFM du 04 mars 2019 portant l’organisation et le déroulement du concours professionnel, la mise à la disposition des unités de police de Bamako pour emploi des éléments de la section musique, comme convenu.
La situation des victimes suite à la visite kidaloise de Moussa Mara, alors Premier ministre, au moment des faits revient sur la table. « Le dédommagent des policiers victimes des événements de Kidal est un impératif. La dotation complète de tous les policiers en arme individuelle et en tenue, l’adoption d’un arrêté portant l’organisation d’un concours professionnel chaque année, conformément au PV de conciliation paraphé, modification de l’article 10 du décret n°09-136/PRM du 27 mars 2009 fixant l’organisation et le fonctionnement de la DRH pour la création d’une section rémunération pour la police, l’avant-projet de décret portant relecture du décret n° 2018-077/P-RM du 15 mars 2018 fixant des modalités d’application du statut des fonctionnaires de la police nationale, l’application correcte de l’article 134 du statut de la police nationale, la relecture du décret n°08-351/PRM du 26 juillet 2008 fixant le taux et des modalités d’octroi des primes allouées aux fonctionnaires de la police nationale », ajoute-t-il.
Malgré toutes ses difficultés, certaines personnalités se mettent à justifier la situation financière comme si la police est un service économique, dénonce Jean Antoine Samaké. Il faut qu’on arrête de prendre la police en otage. Au moment où les policiers de Sikasso ont réussi 20 000 F CFA comme perdiems, leurs camarades de Ménaka et d’autres n’ont eu que 2 000 F CFA. Alors que l’argent a été décaissé… »
Le chef de la Sécurité d’Etat et le ministre de la Communication ne semblent pas être sensibles aux griefs des agents de la sécurité. Mieux, les organisations non gouvernementales comptabilisent aujourd’hui 807 écoles fermées au centre du pays à cause de l’insécurité. Devraient-ils se livrer à un tel cirque ? Ont-ils conscience des difficultés du moment ? Vivons-nous dans le même pays ? Certainement, le patron de la SE n’est pas au courant des réalités. Sinon, il ne s’offrirait pas le luxe de faire déplacer une star internationale comme Fally Ipupa pour célébrer ses 50 ans pour des dizaines de millions des francs CFA. Fally n’était pas seul ; des stars nationales comme Sidiki Diabaté et autres ont eu leur part.
Zan Diarra

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here