POLITIQUE : Les religieux veulent précipiter le départ de Boubèye ?

Alors qu’un remaniement ministériel est en ligne de mire, les religieux rechargent leurs batteries pour une course contre la montre et SBM. Une allure qui risque de précipiter l’avènement d’un nouveau gouvernement et cela avec de « avant de planter des nouveaux fruits, il faut couper d’abord la tête de l’arbre ».

Les efforts fournis jusque-là par le gouvernement de SBM n’ont pas suffit à décanter certaines situations comme l’épineuse problématique de l’éducation ou de résoudre des problèmes urgents tels que l’insécurité, les multiples grèves, etc. Pourtant, ce gouvernement est même appuyé par le Programme d’urgences sociales (PUS) du président de la République IBK. Les attentes sont encore et jusque-là énormes et la situation semble ne pas être améliorée.
De patience en impatience, les adversaires politiques de SBM étaient les premiers à monter au créneau pour exiger sa démission. Une réclamation tombée dans des oreilles sourdes car les parieurs avaient misé sur plusieurs chevaux afin de multiplier leurs chances et/ou parvenir à améliorer la situation générale.
Mais les hommes politiques savent eux aussi jouer des coups bas à tous les niveaux et avec toutes formes de cibles, même les petits poissons dans les grosses mares des affaires étrangères et de la coopération internationale. Seulement, ils savent que le taureau actuel auquel ils veulent s’en prendre semble visiblement être hors de leur puissance. Donc, il faut utiliser les gros moyens pour le déloger de la Primature.
Pour une meilleure synergie de leur force, une alliance est sellée avec les religieux pour faciliter le ménage. Les religieux qui ont des adeptes et fanatiques comptent sur ces masses qui se trouvent derrière eux pour le faire. L’occasion est donc attendu occasion pour faire faire leur baptême de feu. En cette occasion, c’est le pacte d’acier qui était signé entre Bamako et Nioro. Mais la politique est une chose et la religion en est une autre chose.
Résultat de leur sortie massive, une simple phrase avait suffit à les faire taire. Mais les religieux ont pris un recul et veulent de nouveau se lancer dans la bataille définitive et totale. C’est ainsi qu’ils prévoient d’organiser une marche le 22 mars 2019 juste après la prière du vendredi pour exiger la démission du PM, SBM.
Comme la solution reste difficile, il faut remettre le problème entre les mains de Dieu, qui a la solution à tous les problèmes et à toutes les situations. A cet effet, les religieux veulent effacer, humilier Soumeylou Boubèye Maïga, qui les a qualifiés d’ »hybrides » en un jour saint où les vœux sont prompts à être exaucés.

Eviter le jeu avec le caméléon
Pendant que les religieux prennent l’affaire de la démission de SBM au sérieux, le président IBK tend ses deux mains au chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé. Ce dernier a fini par accepter le consensus avec le président au nom de la décrispation de la situation politique. Donc, il ne peut plus composer ou conjuguer les mêmes verbes que les religieux qui continuent de réclamer la démission du Premier ministre car cela risque d’affaiblir le pouvoir d’IBK. Une véritable contre alliance qui n’arrange pas du tout le président du Haut conseil islamique Mahmoud Dicko.
Désormais, les religieux semblent donc parti pour conduire la bataille la bataille que devait mener l’opposition. Comme quoi, ce sont eux (les religieux) qui jouent aujourd’hui le rôle de l’opposition. Les rôles sont donc inversés. C’est d’ailleurs cette stratégie qui est le fort du caméléon.
La Rédaction.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here