Mise en œuvre de l’accord : La CMA suspend sa participation au CSA

Mécontente de l’arrêté N°532 MDAC du 8 mars 2019 portant création des Bataillons d’Unités Spéciales (B-US) dans les régions de Gao, Kidal, Ménaka et celles du Centre, la CMA a, annoncé la suspension de sa participation au Comité de suivi de l’accord (CSA).

Dans une correspondance adressée au ministre de la Cohésion Sociale, de la Paix et de la Réconciliation, la CMA donne les raisons de cette volte-face au moment où la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger prend sont envole.

La CMA déplore la prise du décret N°200 P-RM instituant l’opération “Dambe” et de l’arrêté N°532 MDAC du 8 Mars 2019 portant création des Bataillons d’Unités Spéciales (B-US) dans les régions de Gao, Kidal, Ménaka et celles du Centre par le gouvernement sans consultation : « Nous n’en voulons pour preuves, que les récentes décisions unilatérales de création de Bataillons d’Unités Spéciales Arrêté sous n’0532/MDAC du 08.03.19 dont les contours ont été esquissées dans le relevé des conclusions au cours de l’atelier de Haut niveau tenu en Décembre 2018, et le Décret n’2019-200/P.RM du 08.03.19 instituant une opération dénommée DAMBE engageant le redéploiement des forces armées non encore reconstituées contrairement à la lettre et à l’esprit de l’Accord issu du processus d’Alger et du Cessez-le-feu du 23 Mai 2014 sous l’égide de l’Union Africaine »

Partant de ce constat, la CMA annonce la suspension de sa participation au cadre de concertation et aussi du Cadre de concertation nationale initié par le ministère de l’Administration Territoriale et ce jusqu’à rétablissement des exigences qui ont concourues à leurs créations initiales.

Par contre, les autres groupes armés impliqués dans le processus de paix au Mali ont annoncé qu’ils prennent acte du décret N°200 P-RM instituant l’opération “Dambe” et de l’arrêté N°532 MDAC du 8 Mars 2019 portant création des Bataillons d’Unités Spéciales (B-US) dans les régions de Gao, Kidal, Ménaka et celles du Centre.

A cet effet, ils souhaitent que l’opérationnalisation des B-US commence sans délai et cela conformément aux conclusions de l’atelier de haut niveau du 12 au 14 décembre 2018 sur l’opérationnalisation des actions prioritaires en matière de Défense et de Sécurité conformément à l’article 30 de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du Processus d’Alger. Ils invitent le Gouvernement et la CMA de mettre fin à leurs dissensions sur cette question et à s’impliquer effectivement dans la protection des populations.

Y. Doumbia

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here