Centre national d’appui à la lutte contre la maladie : Les ressources financières en hausse

Le Centre national d’appui à la lutte contre la maladie (CNAM) a tenu, hier, dans sa salle de réunion, la 28è session ordinaire de son conseil d’administration. Les travaux étaient présidés par le conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, Sékou Oumar Dembélé, en présence du directeur général adjoint, Drissa Diarra, et des administrateurs.
L’ordre du jour de la session portait sur l’adoption du procès-verbal et l’exécution des recommandations de la précédente session, le rapport d’activités et l’exécution du budget de l’année écoulée. L’occasion était aussi bonne pour les administrateurs de se prononcer sur le plan opérationnel et le projet du budget de l’exercice en cours. Le président du conseil d’administration a indiqué que le CNAM s’est investi pour accompagner la mise en œuvre des programmes prioritaires de santé qui sont entre autres, la recherche, la formation continue, l’appui aux programmes de lutte contre la maladie, la pharmacovigilance, etc. A ceux-ci s’ajoutent des activités cliniques comme la dermatologie, la léprologie, l’imagerie médicale et la kinésithérapie. Selon Sekou Oumar Dembélé, le niveau d’exécution des activités est plus que satisfaisant. La mobilisation des ressources financières en 2018 a atteint 97%, a-t-il relevé.
Sur une prévision annuelle d’environ 1,279 milliard Fcfa, la mobilisation du budget global au premier semestre se chiffre à environ 1,247 milliard de Fcfa, soit un taux de mobilisation de 97% pour un taux d’exécution de 80,56% des ressources mobilisées. Le budget prévisionnel pour soutenir les activités planifiées en 2019 est estimé à environ 1,313 milliard Fcfa contre environ 1,279 milliard en 2018, soit une augmentation de 2,58%.
Pour le conseiller technique, le CNAM doit faire face à de nouveaux challenges cette année. Il s’agit, entre autres, du renforcement des acquis et de la mise en œuvre de nouveaux chantiers dans le domaine de la recherche scientifique. « A ces défis, s’ajoutent la formation continue, la lutte contre la maladie comme inscrite dans le Programme de développement sanitaire et social (PRODESS III), a précisé Sékou Oumar Dembélé. Selon lui, ces défis seront relevés avec la participation de l’ensemble des acteurs de la santé. Le président du conseil d’administration a exhorté les administrateurs à examiner minutieusement l’ensemble des documents soumis à leur appréciation. Quant au directeur général adjoint, il a expliqué, qu’en termes d’activités cliniques, les consultations ont globalement évolué de 21,70% par rapport à l’année 2017. Dans le domaine de la formation, le centre a assuré des enseignements théoriques et pratiques à 6 étudiants en médecine en fin de cycle à la Faculté de médecine et d’odontostomatologie (FMOS) mais aussi à 6 autres étudiants (3 en pédiatrie et autant en médecine interne) en quête du diplôme d’études spécialisées (DES).
Il faut aussi retenir qu’au plan de la recherche, le CNAM a fait 16 publications, 8 communications dans différents congrès et publié 12 articles dans des revues scientifiques. Par ailleurs, Drissa Diarra a souligné que le plan opérationnel 2019 se construit autour de certains objectifs pertinents parmi lesquels, l’approvisionnement en équipements techniques, informatiques et roulants, l’amélioration de la gestion des urgences en santé publique, au niveau national et la construction d’un bloc d’hospitalisation pour la chirurgie. Le développement de la recherche biomédicale (essais au laboratoire et sur le terrain) sur les maladies transmissibles est un autre point de ces objectifs.
Enfin, le directeur général adjoint a remercié les partenaires, notamment la Fondation Raoul Follereau et le Projet de lutte contre le paludisme et les maladies tropicales négligées pour leur soutien constant.
Mohamed D.
Diawara

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here