Lutte contre les crimes odieux et assassinats ciblés : Le Mouvement Kontao Ko exige l’application de la peine de mort

Le « Mouvement Kontao Ko » a organisé, le vendredi 15 mars 2019, un point de presse pour informer l’opinion nationale sur le lancement de ses activités. Aux dires de ses membres, l’idée du mouvement fait suite au rapt de l’imam Kontao, notamment la dégradation gravissime de la situation sécuritaire du Mali caractérisé par une floraison effrénée et incontrôlée des crimes odieux et d’assassinats ciblés avec préméditation.

Ainsi, ce mouvement se dit préoccupé fortement par l’amplification de la dégradation sécuritaire et la banalisation des assassinats de ces derniers moments consécutifs aux récents assassinats odieux et crapuleux dont celui de l’Imam Abdoul Aziz YATTABARE et du kidnapping de l’Imam Ibrahim KONTAO le PDG de ONG ALFAROUK et de l’ assassinat de M. Baba Coulibaly par SACKO abasourdis devant ces crimes insensés considérant une position d’inertie de notre gouvernement face à ce fléau dénoncent avec la dernière énergie que le peuple malien attend un sursaut patriotique en faveur de la peine de mort dans le pays.

Au dire de Alhousseini Touré, dit Moudjahid, président du mouvement, ils se sont donnés comme objectif de préserver la sécurité de leurs chefs religieux, aider à la recherche des personnes disparues, soutenir les orphelins et les veuves, faire des prêches au moins deux fois par an sur la situation du pays en vue de trouver des perspectives et de faciliter l’union des personnes célibataires. Plus loin, il a fait savoir qu’ils sont disposés à collaborer étroitement et efficacement avec tous les segments de la société civile pour l’application de la peine de mort au Mali, qui selon lui, est le seul remède contre les crimes odieux et assassinats ciblés et prémédités. Pour lui, le souci du devenir du pays passerait impérativement par la protection de l’ensemble des citoyens et de leurs biens en générale et des leaders religieux en particuliers.

Lisant la déclaration du mouvement, le vice-président, Mohamed Kébé, a expliqué que tous les maliens partageant les valeurs véritablement humanistes doivent s’unir contre l’abolition de la peine de mort et exiger sont maintient en lieu et place du moratoire. Cependant, il dira que les raisons d’une telle position tiennent â ce qui suit Dieu a prescrit l’homme la préservation de droits essentiels et sacrés; la préservation de la vie ; la préservation de la foi ; la préservation de l’esprit ; la préservation des biens ; la préservation de l’honneur et la dignité. « La préservation de ses droits sacrés, principalement la vie sur laquelle repose tous les autres droits constituent la véritable justice.

C’est donc confirmé que la vie humaine est sacrée, qu’elle est inviolable, celui qui aura porté atteinte à cette vie, par ce fait même, de sacraliser sa propre vie et justifie ainsi d’en être privé pour garder à la vie son caractère sacré », a-t-il souligné. Tout en précisant qu’ils demandent au gouvernement du Mali de prendre toutes les dispositions idoines afin d’accélérer le procès du Kidnappeur de l’Imam Ibrahim KONTAO, de l’assassin de l’imam YATTABARE et celui du commerçant Baba COULIBALY.

Aussi, d’appliquer les peines conformément à la loi en vigueur sur toute personne mal intentionnée en occurrence M. Makan DIAWARA, M. Moussa GUINDO et M. SACKO l’assassin du commerçant Baba COULIBALY. De même, ils réclament les 10. 000 000 de FCFA, de l’imam Kontao qui lui ont été soutiré par ses ravisseurs et qu’ils adhèrent tous aux différentes manifestations pour l’application de la peine de mort, pour la stabilité et à l’émergence au Mali.

Ousmane Baba Dramé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here