Conseil national du crédit : De bonnes nouvelles pour notre pays

15

La première session de ce conseil au titre de l’année 2019, s’est tenue hier, dans
les locaux de l’agence principale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique
de l’Ouest (BCEAO)

Notre pays affiche un taux de croissance à 5% et une inflation bien maîtrisée
Le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, a présidé cette rencontre en présence du directeur national de la BCEAO, Konzo Traoré et des autres membres du conseil. Après la réunion à huis clos, le ministre Cissé a expliqué à la presse que les membres du conseil ont examiné certains dossiers pour information et d’autres ont fait l’objet de décision.
Concernant ce dernier volet, Dr Boubou Cissé a indiqué que le conseil a examiné la situation économique, financière et bancaire de notre pays. D’après lui, le constat qui s’est dégagé est la bonne tenue de la situation économique, monétaire et financière dans notre pays avec une perspective qui est assez favorable. Un taux de croissance à 5%, à la sortie de 2018, restera ainsi qu’une inflation bien maitrisée en deçà de la norme communautaire, a assuré le ministre Boubou Cissé.
«Une bonne nouvelle pour notre pays, compte tenu des défis auxquels il fait face aujourd’hui. Cette situation de maîtrise montre en effet la capacité de résilience de notre pays», s’est réjoui le ministre de l’Economie et des Finances.
S’agissant des questions liées à la monnaie et aux crédits, il a salué l’arrivée de «UBA-Mali» dans notre pays, portant le nombre des institutions bancaires à 17. Le ministre Cissé a également noté avec satisfaction l’augmentation de la masse monétaire qui est aujourd’hui à plus de 15% et les emplois qui sont sur une tendance positive. Tout ceci constitue, selon le locataire l’hôtel des finances, une bonne nouvelle en plus de l’amélioration du portefeuille des banques.
Le ministre de l’Economie et des Finances a regretté que ces tendances positives ne soient pas accompagnées par une augmentation des crédits de la part des banques au profit de notre économie. Le crédit à l’économie à stagner, a-t-il fait remarquer.
Par ailleurs, le ministre de l’Economie et des Finances a déclaré que le conseil a également noté le faible taux de bancarisation dans notre pays qui ressort à moins de 8% sans les systèmes financiers décentralisés. Il a confié qu’il a été demandé aux banques de fournir plus d’efforts pour aller vers une meilleure inclusion financière de nos populations.
«Cela devrait se faire à travers une stratégie régionale qui est en place dans laquelle il y a des actions importantes qui pourraient amener une meilleure inclusion financière, en plus de l’interopérabilité des systèmes financiers numériques au sein de l’UEMOA qui est en cours de discussion. La matérialisation de ces systèmes devrait amener à porter le taux de bancarisation à des niveaux qui soient assez importants avec tous les avantages que cela va créer pour le financement de l’économie nationale», a développé Dr Boubou Cissé.
Le ministre de l’Economie et des Finances a souligné que le conseil a pris acte de la décision du comité de politique monétaire de maintenir ses taux inchangés lors de sa réunion tenue ce mois-ci. Toutes les opérations d’open market ont été maintenues à 2,5% et tous les prêts auprès du guichet marginal maintenus à 4,5%.

Abdoul Karim
COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here