Finance malienne : Toujours déficitaire, jamais pris à défaut

En 2019, il va falloir trouver de l’argent pour faire face au déficit budgétaire de plus 300 milliards FCFA et financer des priorités comme l’application de l’Accord d’Alger. Mais la mobilisation de l’épargne publique est devenue est soupape de sureté pour les finances maliennes. Si le Mali n’arrive pas à éviter le déficit, le pays se tire d’affaire grâce à des emprunts dont Dr. Boubou Cissé, le ministre des Finances, a les secrets.

Le budget malien de 2019 présente un déficit global de 378 milliards 250 millions de FCFA contre 373 milliards 153 millions de FCFA dans le budget de 2018, soit une augmentation de 3,78%. Ce déficit sera financé par les ressources provenant des aides budgétaires extérieures et par la mobilisation de l’épargne à travers les titres d’emprunt émis par le trésor.

Déjà, le Mali s’est tiré d’affaires en faisant recours à plusieurs emprunts obligataires. En septembre 2018, sur le marché de l’UEMOA, un Emprunt obligataire par Appel Public à l’Epargne Etat du Mali à taux fixe de 6,5% pour un montant nominal indicatif de 70 milliards FCF. But de l’émission: mobilisation de ressources en vue d’assurer, le financement de certains investissements prévus au budget 2018 de l’État.

La même année, le gouvernement du Mali, à travers le ministère de l’Economie et des Finances, a lancé un appel public à l’épargne Sukuk pour un montant de 150 milliards de FCFA sur la période 2018-2025. C’était une première au Mali. Cette opération sur le marché des finances islamiques devrait s’étaler du 2 au 16 février 2018 avec un nombre de parts de 15 millions et un prix d’émission de 10 000 FCFA.

Porteur de l’opération islamique: la Société Islamique pour le Développement du Secteur Privé (SID) qui est, membre du Groupe de la Banque Islamique de Développement (BID). L’opération était gérée par Taiba Titrisation avec comme dépositaire et gestionnaire de créances la Banque islamique du Sénégal. Comme chefs de file de l’opération, il y avait Coris Bourse, Everest Finance, SGI Benin, SGI Mali et Sirius capital.

Au titre de l’exercice 2019, les recettes budgétaires s’élèvent à 2 023 milliards 150 millions de FCFA contre 1 957 milliards 625 millions FCFA en 2018, soit une augmentation de 3,35%. Les dépenses s’élèvent à 2 410 milliards 400 millions de FCFA contre 2 330 milliards 778 millions de FCFA dans le budget de 2018, soit une augmentation de 3,42%.

Le budget 2019 malien tient également compte de la mise en œuvre des orientations de l’action gouvernementale. L’un des plus importants est l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Il y a aussi les réformes des forces armées et de sécurité; l’opérationnalisation des nouvelles régions ; l’amélioration des conditions de travail des agents de l’Etat par l’octroi des avantages ; le renforcement des crédits alloués pour le développement de l’agriculture et bien d’autres secteurs sociaux. C’est-à-dire que malgré tout, le Dr Boubou tient bon et veille sur les finances comme du lait sur du feu.

Dougoufana Kéita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here