Le Procureur de la commune III à propos de l’affaire Gaoussou Diallo dit Ras Diall « Son infraction n’est pas un délit de presse »

Le procureur du tribunal de grande instance de la commune III et procureur du pôle économique de Bamako M. Mahamadou Bandjougou Diawara, nous a accordé une interview suite à l’affaire de Gaoussou Diallo dit Ras Diall, c’était le Jeudi 14 Mars 219. Son interpellation, les enquêtes préliminaires et les autres personnes concernées ont été l’objet de notre entretien

La Sirène : Etiez- vous au courant de l’interpellation de Gaoussou Diallo ? Et pourquoi le dimanche ?

Diawara : je vous remercie de votre intérêt pour cette affaire. C’est moi qui ai instruit à la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ) de l’interpeller, suite à une plainte déposée au niveau de ma juridiction. Il a été interpellé le dimanche, parce que selon la loi il n’y a pas un jour où on ne doit pas faire d’interpellation. Il faut que les gens fassent attention, il n’y a pas un jour spécifique pour l’arrestation. La loi interdit au porteur d’uniforme de ne pas arrêter les gens chez eux avant 6H du matin et après 21H la nuit. Les porteurs doivent être habillés en tenue ou au moins un d’entre eux.

La Sirène : Les différentes personnes concernées dans cette affaires sont toutes en commune 4 et 5, pourquoi le tribunal de la commune III ?

Mahamadou Bandjougou Diawara : le tribunal de la commune III parce qu’une personne a déposé plainte ici contre Gaoussou Diallo. L’infraction qui lui est reprochée est atteinte à l’intimité d’une personne, chantage entre autres sur les réseaux sociaux. Pour ce cas d’infraction, la plainte peut être déposée dans tous les tribunaux d’une ville où le son est entendu ou écouté et autres. Donc cela va dépendre de l’appréciation du plaignant.

La Sirène : Nous avons appris que l’enquête préliminaire de Gaoussou Diallo a été faite vers 4h du matin au pôle économique ?

Mahamadou Bandjougou Diawara : ce n’est pas vrai, c’est la Brigade d’Investigation Judiciaire qui a tout fait jusqu’à son transfert à la maison centrale d’arrêt de Bamako. Il a été au pôle économique et financier pour la gestion rapide du dossier. Je suis le procureur du tribunal de Grande Instance de la commune III en même temps procureur du pôle économique, très souvent quand je suis dans le local du pôle économique et financier, je demande qu’on m’envoie les dossiers et les personnes concernées pour la gestion rapide de l’affaire. NB : il faut que les gens sachent que le pôle économique et financier n’est pas un tribunal à part, c’est un segment du tribunal de la commune III. Le pôle économique et financier a une brigade spécialisée à part, et est chargée de faire les enquêtes préliminaires des affaires de son ressort. L’enquête préliminaire n’a été faite ni au pôle économique et financier encore moins à 4H du matin.

La Sirène : Pourquoi vous avez mis Gaoussou Diallo en prison ?

Mahamadou Bandjougou Diawara : Il a été mis en prison suite à l’application de la loi. La loi autorise le juge d’instruction ou le procureur à mettre des personnes suspectées en prison pour des causes valables. Je ne vous dirai pas exactement la cause du cas de Ras Diall, mais ça dépend d’une de ses causes. La 1ère cause peut être l’infraction commise par la personne, la seconde pour que la personne ne renouvelle pas l’infraction et la troisième souvent pour la sécurité de la personne.

La Sirène : Gaoussou Diallo, a-t-il été arrêté en tant que journaliste ou citoyen lambda ?

Mahamadou Bandjougou Diawara : Non, il n’a pas été arrêté en tant que journaliste, mais comme citoyen lambda. Son infraction n’est pas un délit de presse. Il faut savoir faire la différence entre les réseaux sociaux et les organes de presse. Le dénommée Gaoussou Diallo a été arrêté suite à une publication par voie des réseaux sociaux.

La Sirène : Que pensez-vous des 5 jours de garde à vue, est ce normale ? Mahamadou Bandjougou Diawara : les 48H ont été épuisées quand les magistrats du Mali étaient en deuil de 72H suite au décès de Soungalo qui devrait prendre fin le mercredi à la descente. Après les 48H, son transfert a été notifié par le commandant de la BIJ qui est coïncidé avec ce deuil national. Il a été transféré le Jeudi, c’est ce qui explique ce prolongement du délai de garde à vue.

La Sirène : Pourquoi il est enfermé jusqu’au 14 Mai 2019?

Mahamadou Bandjougou Diawara : le procureur a un délai de trois mois pour juger toutes les personnes suspectées. La durée du délai dépend de l’appréciation du procureur. Les avocats des personnes suspectées peuvent demander la liberté provisoire.

La Sirène : Un dernier mot.

Mahamadou BandjougouDiawara : Je demande à la population de chercher à connaitre les différentes règles et droit de la société et de les respecter afin d’éviter de vivre dans le désordre. Je demande à la population de faire confiance en la justice. Les juges n’enferment pas les gens pour le plaisir.

Boubacar Diam Wagué

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here