A.N : Les membres de la Commission loi et textes à l’école de la loi d’entente nationale

Le lundi dernier les membres de la commission loi et texte de l’assemblée nationale ont suivi une formation sur la loi d’entente nationale. Cet atelier visait à outiller les députés de la commission loi et textes des nouvelles dispositions qui animent la loi d’entente nationale. Honorable Zoumana N’Tji Doumbia, le président de ladite commission a souligné qu’après cette formation, chaque député sera capable d’aller dans les coins et les recoins de notre pays pour l’expliquer à la base.

Révision constitutionnelle : L’avant-projet attendu le 1er avril

Le 1er avril prochain, le Comité d’experts pour la révision constitutionnelle remettra au Premier ministre l’avant-projet de loi portant révision de la Constitution et son rapport de présentation. Le Pr Makan Moussa Sissoko, président du Comité d’experts en charge de la révision constitutionnelle, a fait cette annonce hier, lors d’une rencontre d’échanges avec les chefs des missions diplomatiques et consulaires réunis pour la circonstance dans la salle de conférences du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. La ministre en charge de ce département, Mme Kamissa Camara, était présente.

Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la série de rencontres entamées par le Pr Makan Moussa Sissoko et ses collaborateurs, afin d’informer sur leur mission et, en retour, recueillir les suggestions des entités nationales, mais aussi des partenaires étrangers.
La démarche se veut inclusive, conformément à la volonté du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui a perçu la nécessité d’opérer des réformes institutionnelles pour consolider notre démocratie. Ainsi, a rappelé la ministre Kamissa Camara, le Comité a pour mission essentielle d’intégrer dans la Constitution les dispositions de l’Accord ayant valeur constitutionnelle, de prendre en charge les dispositions pertinentes des précédentes réformes constitutionnelles qui n’ont pas abouti, et de faire toutes les propositions nécessaires à l’amélioration de la Loi fondamentale de notre pays.

Koutiala : L’accompagnement de l’UNICEF au CESCOM de N’Togonaso bien apprécié
N’Togonasso, localité située à 35 km de Koutiala, abrite un Centre de santé communautaire (CSCOM) qui a engrangé des résultats probants dans la prévention et la lutte contre la malnutrition chronique des enfants ainsi que la réduction de la mortalité maternelle et néonatale, grâce à l’accompagnement des partenaires. C’est le constat fait le 27 juin dernier par une mission de l’UNICEF et des journalistes de la presse publique et privée. La visibilité et la lisibilité des interventions du programme conjoint de coopération Mali-UNICEF étaient au centre des préoccupations. Le directeur technique du CSCOM de N’Togonasso, Amadoun Traoré, a donné de larges informations sur l’accompagnement des partenaires dont l’UNICEF. Selon lui, l’appui des partenaires a eu un impact positif sur l’ensemble des activités menées dans son centre. En 2017, il a enregistré 7473 consultations et les accouchements à domicile ont fortement diminué. Une visite guidée des lieux a permis à la délégation de découvrir plusieurs équipements, notamment des réfrigérateurs solaires, des matériels roulants comme des motos et ambulances tricycles pour la stratégie avancée et la référence-évacuation, la vaccination ainsi que le renforcement des capacités de la chaine de froid, fruit de la coopération Mali-UNICEF.

Kayes : Le nouveau gouverneur a prêté serment

Le contrôleur général de police, Mahamadou Zoumana Sidibé, a prêté serment le 14 mars dernier devant le Tribunal de grande instance de Kayes. La région de Kayes, dont la création remonte à 1959, est à son 21è gouverneur, le premier étant Alou Ly. D’après le site web du gouvernorat de Kayes, Mahamadou Zoumana Sidibé est le 2è contrôleur général de Police à diriger la région après Ibrahim Diallo (1998-1999).

En ce qui concerne les chefs de circonscription administrative (gouverneur, préfet, sous-préfet), la prestation de serment est prescrite par l’article 41 du décret n° 2015-0067/P-RM du 13 février 2015 fixant les conditions de nomination et les attributions des chefs de circonscription administrative.

Avant d’entrer en fonction, les gouverneurs, les préfets et les sous-préfets prêtent, devant le tribunal compétent dont relève leur circonscription administrative, le serment suivant : « Je jure de remplir mes fonctions avec dévouement et probité et de me comporter, en tout lieu et en toute circonstance en digne représentant de l’Etat, de respecter et de faire respecter la Constitution et les lois de la République ».

Après la lecture des décrets, actes et autres textes relatifs à la prestation de serment et des observations sur la ponctualité et le respect du principe de la séparation des pouvoirs, par les autorités du tribunal (président, procureur et greffier en chef) du Tribunal de grande instance de Kayes, le nouveau chef de l’exécutif régional qui était debout face au président du tribunal a prêté serment en levant sa main droite pour prononcer la formule « Je le jure ».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here