Commissaire Ismaïlia Traoré contre dr. Oumar Mariko : “Je mets au défi quiconque sur la fiabilité de mon diplôme de bac”

Chef de division sécurité publique à la direction régionale de la police du District de Bamako, le Commissaire divisionnaire, Ismaïla Traoré a décidé de sortir de son silence pour démentir les propos de l’honorable Dr. Oumar Mariko, qui avait évoqué son intégration au sein de la police sans le baccalauréat et émis le doute sur sa personne. M. Traoré qualifie ces propos de mensongers visant à ternir son image au sein de la police nationale.

“J’ai un bon et légal diplôme de baccalauréat malien obtenu au lycée technique en 1997 et je mets quiconque au défi d’aller vérifier la fiabilité de mon bac là où il veut“, a dit le commissaire divisionnaire. Tout a commencé en 2014, à l’Assemblée nationale, au cours d’une question orale à l’ex-ministre de la Sécurité, le colonel Sada Samaké (paix à son paix). L’honorable Dr. Oumar Mariko, l’auteur de la question orale avait affirmé que le commissaire Ismaïla Traoré a été recruté au sein de la police sans le bac et qu’il est un arabisant.

Selon “l’honorable Mariko était animé de haine à l’égard du ministre Sada Samaké et du coup, il s’est basé sur une fausse information donnée par deux syndicalistes de la police pour ternir l’image du ministre et la mienne, laissant ainsi croire que j’ai été appuyé par le colonel Sada Samaké pour intégrer la police sans le bac. Alors que celui-ci n’était même pas ministre lorsque j’ai intégré la police. Ce dernier revenait de la Côte d’Ivoire où il était ambassadeur“.

Au commissaire Traoré de poursuivre : “Je suis un musulman pratiquant et j’adore ma religion, cela est différent d’être un arabisant. J’ai commencé l’école primaire, après le DEF, j’ai été orienté au lycée technique série industrie. En 1993, il ya eu une année blanche lorsque j’étais en seconde communément appelée 10è année. Après la seconde, j’ai fait le lycée en trois temps au lycée technique c’était à l’époque seconde, première et MTI. J’ai eu mon bac en 1997 avec la promotion Somino Dolo. Après j’ai été orienté à la Faste, je suis de la deuxième promotion de l’Université du Mali. En ce moment l’honorable Moussa Timbiné militait à l’AEEM, et le secrétaire général était Hamadou Maïga dit “H“. J’ai été admis en deuxième année sans même aller en session, je suis purement scientifique. C’est en deuxième année que j’ai bénéficié d’une bourse pour l’Algérie. J’ai fait quatre ans de formation là-bas en transport terrestre. Quand on parle de transport terrestre, il s’agit du train, de véhicule, entre autres. C’est à la suite de cette formation que je suis devenu inspecteur principal des transports terrestres à l’Ecole nationale des Applications techniques des Transports terrestre en Algérie, dans une ville qu’on appelle Batna. En fin 2002, j’ai obtenu ma maîtrise et je suis rentré au bercail pour pouvoir travailler. J’ai fait trois ans de stage à la direction nationale des transports (DNT). Après j’ai été admis au concours d’entrée des commissaires à l’Ecole de police en 2005. Donc je suis vraiment désolé d’entendre un grand homme comme l’honorable Mariko dire des propos mensongers à mon égard au sein de l’Assemblée nationale. Je voulais même attaquer Mariko à la justice, mais on m’en a dissuadé de le laisser avec ses problèmes. J’avais même publié mes diplômes à la veille de la troisième interpellation du ministre Samaké. Et c’est en ce moment que l’honorable a tout fait pour que l’interpellation ne se fasse dans de bonnes conditions en insultant le ministre. Il y a même des policiers qui pensent que je n’ai pas le bac“, a-t-il avancé.

Le commissaire accuse des syndicalistes de la police dont des membres voudraient devenir commissaires d’avoir filé ces propos dénués de tout fondement à l’honorable Oumar Mariko pour qu’il fasse pression sur le ministre Sada Samaké. Mais en ternissant mon image au sein de la police.

“Je défie tous ces sous-officiers syndicalistes qui sont devenus commissaires de venir étaler leur diplôme auprès du mien. J’ai un bac technique du lycée technique de la promotion 1997, je leur demande d’aller le vérifier là où ils veulent. Et après j’ai fait quatre ans en Algérie dans des conditions inimaginables pour ceux qui connaissent l’Algérie en ce temps pour pouvoir étudier pendant quatre ans. Je déplore qu’avec tout ce que j’ai enduré que des individus remettent en cause mon bac et dire que je suis un arabisant. Je n’ai jamais étudié l’arabe, mais j’ai embrassé l’islam. Je déments et je défie tout policier sur l’authenticité de mon bac. Il y’a même des policiers qui pensent pouvoir critiquer mes rapports. Alors que je suis le point focal de tous les rapports au sein de la direction régionale de la police du District de Bamako. C’est moi qui fais la plupart des synthèses des 1 commissariats du District de Bamako, que ça soit les accidents, les statistiques des accidents mensuels, trimestriels et annuels, la statistique des patrouilles mensuelles, trimestrielles et annuelles et cela me fait deux ans que je suis à la direction régionale et mon directeur ne s’est jamais plein de moi, il m’a même noté très bien pour que je puisse passer en grade supérieur. Le 1er janvier 2019, je suis devenu commissaire divisionnaire de mon état“, a-t-il précisé.

Ibrahima Ndiaye

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here