Conseil des ministres de l’UEMOA: Un taux de croissance attendu à 6,8 % dans l’Union en 2019

Le taux de croissance dans l'Union Économique et Monétaire de Ouest-Africaine (UEMOA) attendu, pour l'année 2019, s'élève à 6,8 %. C'est ce qui est ressorti de la première session ordinaire du Conseil des ministres de l'Union tenue, le 22 mars, au siège de la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

Cette prévision optimiste de la situation économique dans l'UEMOA en 2019 se fonde sur la consolidation attendue des performances enregistrées en 2018.

"Le Conseil des ministres a noté le renforcement du dynamisme de l'activité au quatrième trimestre 2018. En effet, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel s'est élevé à 6,8 %, en glissement annuel, après 6,6 % un trimestre plus tôt. Sur l'ensemble de l'année 2018, le PIB de l'Union est estimé en hausse de 6,6 %, niveau de croissance identique à celui de 2017, en lien principalement avec la bonne orientation du secteur des services ainsi que des activités commerciales, industrielles, portuaires et aéroportuaires. Ces performances appréciables se consolideraient en 2019, avec une croissance attendue à 6,8 %", annonce le communiqué du Conseil des ministres de l'UEMOA.

La première session ordinaire du Conseil des ministres de l'UEMOA, au titre de l'année 2019, s'est tenue sous la présidence de Romuald Wadagni, ministre de l'Économie et des Finances de la République du Bénin.

Pour ce qui est du taux d'inflation dans l'UEMOA, pour 2018, il s'est établi à 0,8 % après 2,0 % en 2017. Et pour 2019, le taux est également attendu en dessous de 2,0 %. "Les perspectives d'inflation dans l'Union font état d'une modération de la hausse des prix, avec l'inflation en dessous de 2,0 %. En effet, le taux d'inflation est attendu à 1,1 % en 2019".

Par ailleurs, le Conseil des ministres a recommandé, dans le but de maintenir une croissance économique vigoureuse dans l'UEMOA, que les États poursuivent "les mesures visant à accélérer la mise en œuvre des réformes nécessaires pour améliorer le climat des affaires, afin d'attirer davantage d'investisseurs privés, notamment dans les industries agro-alimentaires et manufacturières."

En outre, les États sont appelés, afin d'accroître leurs ressources, à mettre "un accent particulier sur les actions visant à élargir la base fiscale et à amener le taux de pression fiscale à l'objectif communautaire de 20 % au terme de cette année 2019, et rationaliser davantage les dépenses publiques pour une meilleure efficacité."

À l'issue de la session ordinaire du Conseil, les ministres ont approuvé les comptes de la BCEAO au titre de l'exercice 2018 et procédé à l'affectation du résultat. Le Conseil des ministres a aussi "pris les dispositions pour le renouvellement des mandats des membres intuitu personæ au sein du Collège de Supervision de la Commission Bancaire de l'UMOA."

Le Conseil des ministres a en outre "émis un avis favorable pour la constitution, sous la présidence de la BCEAO, d'un Comité Technique tripartite Etats/BCEAO/Banque Mondiale, en vue de discuter de la mise en place d'un appui budgétaire régional par la Banque Mondiale, qui serait adossé aux réformes visant l'amélioration de l'inclusion financière et le développement du système financier de l'Union."

Les conclusions issues des travaux du Comité technique tripartite États/BCEAO/Banque Mondiale seront soumises au Conseil des ministres pour appréciation.

MC

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here