Mali: un regain de violence lié à «l’absence de l’Etat et l’accès à l’armement»

Au Mali, au moins 135 personnes ont été tuées samedi matin dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, par des assaillants que plusieurs sources décrivent comme étant habillés en tenues de chasseurs traditionnels. Selon l'ONU, les violences dans le centre du Mali ont coûté la vie à près de 500 personnes en 2018. Pour Baba Dakono, chercheur à l'Institut d'études et de sécurité, basé à Bamako, l'absence des structures de l'Etat dans cette partie du pays a contribué à créer ce contexte de tension.

Baba Dakono : Depuis 2014-2015, les affrontements historiques entre communautés et groupes socioprofessionnels ont connu un regain de violence lié en partie à l’absence de l’Etat mais également à l’accès facile à l’armement dans ces localités. Ce qui fait que les conflits qui opposaient les groupes socioprofessionnels et qui mettaient en jeu des gourdins se font aujourd’hui à coup de Kalash’, donc les victimes sont beaucoup plus importantes. Les représailles sont aussi à la hauteur de la violence des actes qui sont perpétrés.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here