Soumaïla Cissé lors de la rencontre URD-CSDM: «La diaspora n’est pas suffisamment représentée dans nos institutions»

Le vendredi 22 mars 2019, le président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), l’honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne, à la tête d’une forte délégation, a rencontré le bureau du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM), présidé par Chérif Mohamed Haïdara. Initiée par le CSDM, cette rencontre à huis clos qui a durée plus d’une heure de temps avait pour but de solliciter l’accompagnement de l’URD pour la prise en compte des préoccupations de la diaspora malienne dans la réforme constitutionnelle en cours au Mali notamment en termes de représentativité de la diaspora dans les institutions. Chose que le président de l’URD était déjà engagé car reconnait que la diaspora qui apporte beaucoup à l’économie malienne occupe une place de choix dans le pays. Mais, selon lui, «La diaspora n’est pas suffisamment représentée dans nos institutions».

Plusieurs dirigeants des deux organisations ont pris part à la rencontre qui a débuté aux environs de 11 heures au siège du CSDM à Bamako (Mali). La délégation de l’URD était conduite par son président, l’honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne, en présence du vice-président du parti, Salikou Sanogo, de l’honorable Amadou Cissé, l’ex ministre Diaye Bah, du président du mouvement des jeunes de l’URD, Abdrahamane Diarra, de la présidente du mouvement des femmes de l’URD, Mme Adiawiakoye Ramatou Koné et bien d’autres. Celle du CSDM était conduite son président, Chérif Mohamed Haïdara en présence des autres membres du bureau du conseil.

A l’issue de la rencontre à huis clos de plus d’une heure de temps, les deux responsables ont fait leur déclaration à la presse. Prenant la parole, le Président du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM), Chérif Mohamed Haïdara s’est réjouit de la visite de Soumaïla Cissé et toute son équipe au siège du CSDM. Avant d’ajouter que Soumaïla Cissé est préoccupé par l’avenir et le devenir du Mali. « Vous avez tous suivi récemment l’évolution que le climat politique a connu et cela est dû à son amour pour le Mali, à son engagement pour les maliens. Il tient à la stabilité, à la cohésion et à la sécurité pour un Mali uni indivisible et émergent. Les hommes forts ne sont pas ceux qui font de nombreuses choses parfois et par endroit mais c’est ceux qui, dans leurs raisons, acceptent de dialoguer et mettre le Mali et les maliens au dessus de tout », a-t-il dit. Par ailleurs, en langue Bambara, le président du CSDM, Chérif Mohamed Haïdara a souhaité l’apaisement au Mali. Avant de signaler que Soumaïla Cissé est une référence au Mali.

La démocratie n’est pas un vain mot mais un comportement et selon lui, le comportement de Soumaïla Cissé est exemplaire. Pour sa part, le président de l’URD, l’honorable Soumaïla Cissé s’est dit honoré d’être reçu au CSDM avec son équipe. Selon lui, le CSDM est une organisation sérieuse, une organisation de vertu qui dit la vérité, c’est une organisation jeune qui a su grandir très vite. « Je crois que si nous avons tant d’organisation de ceci, nous irons de l’avant. Parce que la diaspora occupe une place de choix dans notre pays. Qu’on l’accepte ou pas, elle fait vivre beaucoup de famille, elle apporte énormément à notre économie, je crois qu’elle fait partie des couches qui soudent notre nation qui permet d’éviter des déchirures très profondes, c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous sommes très fiers d’être à coté de la diaspora », a souligné le président de l’URD.

Pour lui, le Président du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM), Chérif Mohamed Haïdara est un homme sérieux, un homme de dialogue et qui construit. « Je peux témoigner qu’il a beaucoup participé à la décrispation que nous connaissons aujourd’hui par sa persévérance, il ne comptait pas son temps ni l’heure à laquelle il peut venir chez moi parfois à minuit, parfois 1heure du matin, toujours le Mali au cœur pour que nous puissions nous en sortir. Nous sommes bien sûr un parti politique, bien sûr que nous souhaitons avoir des militants, mais nous sommes venus ici en citoyen, nous sommes venus parce que moi-même je me considère comme malien de l’extérieur, j’ai vécu plus de 25 ans à l’extérieur. Nous avons beaucoup réfléchi, nous avons pensé que la diaspora n’est pas suffisamment représentée dans nos institutions », a déclaré Soumaïla Cissé.

« L’opposition de façon générale est engagée auprès de la diaspora »
Dans les réformes en cours, le président de l’URD a souhaité à ce qu’il y ait 15 députés de la diaspora, 10 sénateurs issus de la diaspora et 5 maliens de l’extérieur au sein du conseil économique social et culturel. « Aujourd’hui, nous avons trois personnes de la diaspora au niveau du haut conseil des collectivités, nous avons proposé qu’il y ait 15 députés de la diaspora, nous avons proposé que dans chacune des régions que nous avons prises qu’il y ait deux conseillés nationaux ou deux sénateurs, ça dépendra du terme qu’on va retenir, ce qui fera encore dix personnes, nous avons proposé aussi qu’il y ait 5 personnes des maliens de l’extérieur dans le conseil économique social, culturel et environnemental.

Tout ça, nous n’avons pas fait que de la politique, nous avons écrit et le document a été distribué partout. Nous allons nous battre pour que votre place soit reconnue dans notre pays », a promis Soumaïla Cissé. A ses dires, l’URD et l’opposition de façon générale est engagée auprès de la diaspora. « Nous avons vu comment la diaspora nous a soutenus avant, pendant et après les élections. Vous avez une voix très forte, une voix de vérité et c’est pour cela qu’on doit vous le reconnaitre. Vous nous avez dit surtout pas de casse, pas de violence, nous vous avons écouté, nous avons respecté cela et je crois que c’est le Mali en entier qui se retrouve grandit par cela », a indiqué l’honorable Soumaïla Cissé.

Il a précisé que le rêve de tous maliens c’est de créer des richesses au pays. « Nous travaillons sur la vérité, ce que je leur demande, ce qu’il me demande, c’est qu’on se dit la vérité pour qu’il n’y ait pas de complaisance parce que ce pays doit se construire sur la vérité et la vérité il faut se le dire entre amis sinon on n’a pas de chance de réussir », a insisté le chef de file de l’opposition malienne. Par ailleurs, en langue bambara, Soumaïla Cissé a souhaité la mise en place d’un consulat partout où les maliens sont nombreux. Enfin, il a présenté ses condoléances à la famille des militaires maliens disparus suite à l’attaque de Dioura.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here