Mali: le long et difficile processus de désarmement des groupes armés

Après l’attaque de samedi qui a fait au moins 160 morts au Mali, le groupe d’autodéfense dogon Dan Nan Ambassagou a été dissout par les autorités. Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a rappelé dimanche que seul l’Etat avait le monopole de la protection des populations. Car aujourd'hui, cette milice n’est pas le seul groupe armé présent dans la zone. Tous étaient invités à participer au processus de désarmement initié par le gouvernement malien. Où en est-il ?
L’enregistrement des combattants a commencé officiellement en janvier. Le désarmement des groupes du centre est une initiative des autorités maliennes « ouverte à tous ceux qui veulent déposer les armes ». Ouverte donc aux chasseurs dozos, représenté dans ce programme par le groupe Dan Nan Ambassagou. Ouverte aussi aux groupes jihadistes du centre.

« Nous avons enregistré 1 100 combattants avec des fusils de chasse et quelques armes de guerre côté dozos, 400 côté anciens jihadistes », résume Zahabi Ould Sidi Mohamed, le président de la commission de désarmement. Il ajoute que le cantonnement devrait commencer la semaine prochaine.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here