Les ingrédients d’un bon leadership Qui est leader?

FOCUS
Aujourd’hui, lors des différentes rencontres et des formations, il y a un mot que nous entendons très souvent « leader ». Ce mot est abondamment prisé par les étudiants et professionnels de divers domaines. Nous voulons tous apprendre à devenir des leaders pour pouvoir brillamment conduire, à partir des idées bien réfléchies et élaborées, des visions, motivations et des actions, un groupe à l’atteinte des objectifs fixés. Nous sommes assoiffés par cette ambition mais nous pensons parfois que le leadership est inné.

Adama Sagara, Rédacteur en chef du journal Soloni
Concernant les modèles des grands leaders de tous les temps, on nous parle de Martin Luther King, Nelson Mandela, Mahatma Gandhi, Jules César et autres parce que ceux-ci ont pu accomplir l’extraordinaire, l’exceptionnel durant leur mission sur terre. Ces personnes étaient-elles des leaders nés? Selon mes analyses inspirées des ouvrages lus et des documentaires suivis, celles-ci ont décidé de toujours mieux faire, de se surpasser; elles ont compris que l’homme étant créé à l’image du tout puissant, a le pouvoir de réaliser tant de choses si la volonté y est car « pouvoir, c’est vouloir ». Les grands leaders ne se donnent jamais de limites et sont déterminés à aller jusqu’au bout de leurs rêves. Je voudrais simplement dire que nous pouvons tous devenir leaders, il suffit de s’inspirer de ces personnes qui ont su influencer leur entourage en concrétisant leurs visions positives.
Par conséquent, je vous propose huithabitudes à adopter pour booster son leadership :
1. Être cultivé
Tout part de la formation. Un leader doit être un passionné du savoir, se mettre toujours à la quête du savoir. Les formations et la lecture le conduiront très loin; elles lui permettront l’ouverture de plusieurs portes. Sachez que les gens sont naturellement séduits par des personnes cultivées. Ils veulent être à leurs côtés pour apprendre donc le niveau intellectuel est un énorme atout pour fasciner le milieu dans lequel l’on se trouve. Pour diriger un groupe, il faut le convaincre par la force des arguments en ce sens que « convaincre, c’est vaincre et vice versa ».
Également, nous constatons que les gens ont tendance à tout confier à l’homme le plus brillant du groupe. Il s’agit de l’homme qui sait se défendre dans près que tous les secteurs de la vie. La force d’un leader est d’être une personne cultivée et une inspiration pour les autres. Ainsi, Martin Luther King en est exemple. Quand l’apôtre de la non-violence, celui qui obtint le prix Nobel de la paix s’adressait au peuple américain, c’était un volcan de connaissances qui émanait de sa bouche. Il a pu forger le peuple noir du 20 èmesiècle en l’aidant à prendre conscience des faits qui le maintenait esclave. Son bagage intellectuel lui permit de même prédire l’avenir par ce fameux « I have a dream ».
En définitive, si vous espérez être un bon leader, formez-vous d’abord car personne ne vous suivra bêtement si vous n’êtes pas à la hauteur de convaincre. Votre lucidité viendra de votre capacité intellectuelle qui demeure un point fort pour tout leader célèbre.
2. Être patient
Un proverbe célèbre nous dit : « Tout vient à point à qui sait attendre ». Ainsi, la patience est une arme redoutable pour atteindre un objectif étant donné qu’elle permet de beaucoup réfléchir avant de poser tout acte. A l’opposé d’elle, la précipitation induit en erreur. Alors, l’une des qualités d’un leader est la patience et le leader le plus patient du 21ème siècle que je connais est Nelson Mandela. Incarcéré pendant 27 ans, cet homme n’a pas voulu baiser les bras, il est resté sur son objectif et savait que, par la patience, un avenir radieux est possible. A travers son livre, Un long chemin vers la liberté, nous découvrons qu’il a résisté aux tortures, aux insultes et humiliations parce qu’il nourrissait la patience en lui. Il est aujourd’hui un modèle de leader partout dans le monde.
Partant de cet exemple, vous conviendrez avec moi que rien d’excellent ou de beau ne peut se construire ni s’obtenir sans une dose de patience.
3. Être à l’écoute
« Le leader n’est pas toujours la grande ‘’gueule’’ du groupe » dit-on. C’est pour dire qu’un leader doit écouter les différentes opinions avant la prise de n’importe quelle décision. Il écoute, analyse et propose bien qu’il soit considéré comme le cerveau du groupe. Un leader qui se dérobe de cela va droit au mur.
Vous verrez que les grands leaders ont un sens profond de l’écoute car c’esten écoutant qu’ils découvrent plusieurs choses pouvant être un obstacle face aux objectifs fixés.
A ce titre, Amadou Hampaté Ba disait dans son livre, Jésus vu par un musulman : « Dans une conversation, celui qui est pressé d’étaler son savoir, ne bénéficie rien de l’échange ». Cela montre que savoir écouter est avantageux pour tout leader dans la mesure où il faut connaitre ce que les autres ont dans le ventre pour mieux se situer.
4. Prendre des initiatives
Un leader n’attend pas que tout soit parfait pour poser des actions concrètes. Il ne doit pas rester figé et observer seulement comme le dit Aimé Césaire dans Cahier d’un retour au pays natal : « gardez-vous de croiser les bras comme l’attitude stérile du spectateur ».
Si vous voulez alors devenir un leader de classe, ne vous abstenez pas à poser des actes sous prétexte de fuir l’échec. Sachez que tous ceux qui ont réussi, ont quelques fois échoué; l’échec est une source d’apprentissage. On dit souvent que « l’échec est le tremplin du succès ».
5. Savoir détecter les talents
Un leader a besoin de plusieurs talents, c’est pourquoi il doit apprendre à détecter les compétences de son entourage pour savoir à qui confier telle ou telle tâche. C’est par l’ensemble des compétences qu’il mènera le groupe vers le succès.
Vous verrez que les leaders réussissent parce qu’ils vont vers les autres pour acquérir des nouvelles compétences ou qu’ils savent se servir des connaissances des autres.
6. S’entourer de bonnes personnes
« Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès », affirmait Mandela. Donc, la force du leader vient des personnes qui l’entourent. Pour aller plus loin, il est primordial d’avoir des personnes de confiance, des personnes qui n’hésiteront jamais à vous dire la vérité, des personnes dont les conseils viennent au fond du cœur.
Une chose est sure, un leader mal entouré n’atteindra jamais son objectif. Barack Obama a une fois dit, dans son discours, que son succès a vu le jour grâce à Michelle Obama, sa tendre épouse, celle qui a été toujours présente pour l’encourager et le conseiller. Donc, si vous vous faites accompagner des personnes positives, vous impacterez sûrement votre communauté. Ces personnes vous donneront de l’énergie à chaque fois que vous comptez tout abandonner.
7. Rester confiant
La confiance en soi rend le leader positif et engagé. Vous ne pourrez rienaccomplir d’intéressant dans votre vie si vous n’êtes confiants. Sachez que cette attitude montre qu’on peut compter sur vous et, elle engendre aussi le respect. Personnellement, je qualifie le président de la Corée du Nord Kim Jong-un comme le leader politique le plus confiant. Il n’hésite même pas à menacer la première puissance mondiale. Par cette attitude, il se fait respecter et ne cède pas aux menaces comme il le dit : « les jours sont révolus où nos ennemis pourraient nous faire chanter avec des bombes nucléaires ».Aujourd’hui, il est un homme à craindreet il a pu apporter un changement en donnant une grande place de considération à son peuple.
8. Être intègre
L’intégrité est le propre d’un leader car les gens n’accepteront jamais de suivre une personne véreuse. Un auteur et conférencier américain dans le domaine de la motivation, Zig Ziglar dira ceci : « votre attitude plus que votre aptitude déterminera votre altitude » et « la meilleure arme de persuasion que tu possèdes dans ton arsenal est l’intégrité ». Les gens, au-delà de votre capacité intellectuelle, observe votre comportement et vous accompagneront dans l’exécution d’un objectif grâce à votre degré de moralité.
Le leader doit cultiver la vertu et avoir un comportement exemplaire. Là, il pourra orienter sa communauté vers le chemin de la réussite. C’est pourquoi Gandhi disait : « sois le changement de ce que tu veux voir dans le monde ».
Alors, un homme qui fait le contraire de ce qu’il prêche, se ment à lui-même et ne mérite pas de partisans pour la concrétisation d’une vision.
En conclusion, il est clair qu’il faut du tout pour devenir un vrai leader.
Adama B. SAGARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here