Crise sécuritaire au Mali : “Basékou RPM” dénonce la politisation de l’armée

Premier secrétaire chargé aux sports et loisirs de la section IV du Rassemblement pour le Mali, (RPM), Sékou Diakité dit “Bassékou RPM” a déploré la politisation de l’armée malienne. Pour lui, IBK a donné tous les moyens à cette armée, mais il n’a pas mis les hommes valables à leurs places.

Nous avons plusieurs colonels et généraux qui ont appris la stratégie de guerre dans les grandes écoles de guerre, mais sont cloués dans les bureaux climatisés à Bamako en envoyant des jeunes sans expérience sur le front, dit-il.

Ce cri de cœur de Bassekou Diakité fait suite à l’attaque de samedi dernier contre les populations civiles du village d’Ogossagou, dans le cercle de Bankass, région de Mopti, ayant causé la mort de plus 135 personnes. Selon lui, le pays va mal et IBK doit revenir en arrière en mettant les gens valables à leur place.

Il estime que les politiques ont pollué l’armée car c’est grâce à eux que certains militaires occupent des postes qu’ils ne devaient pas. A ses dires, le pays a en son sein des hommes forts, il faut solliciter leur concours. On tue les gens à longueur de journée et de façon improvisée, ou est passé le service de renseignements, s’interroge-t-il.

Pour lui, tant qu’on ne laissera pas le côté familial dans l’armée, le Mali ne bougera pas. Il a pris l’exemple sur l’ex-chef d’Etat-major des armées, Ba Ndaou. A l’entendre, Ba Ndaou avait élaboré une proposition qui n’était pas l’avis de certains hommes politiques, du coup ce dernier a été poussé à la démission.

Par ailleurs, M. Diakité déplore que l’armée n’est pas présente à Kidal, alors que la CMA est à Bamako dans nos hôtels. A cet effet, il dit ne pas comprendre pourquoi ils conditionnent l’arrivée de nos Famas à Kidal.

Il y a eu plusieurs morts depuis l’arrivée d’IBK. Paix à l’âme de toutes ces victimes, a-t-il conclu.

Ibrahima Ndiaye

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here