Le cri de cœur de l’opérateur économique Ibrahim Diawara « stone » sur la situation du pays : « L’heure est grave, réveillons-nous mes frères !»

Suite à la succession d’événements malheureux qui poussent de plus en plus le Mali vers l’abîme, c’est un message à la fois pathétique et mobilisateur que le capitaine d’industries, Ibrahim Diawara Pdg d’Ibi-Groupe, encore connu sous le sobriquet de Stone, a lancé depuis l’étranger où il se trouve depuis un mois, à l’intention de ses compatriotes du Mali via les réseaux sociaux. Avant d’être opérateur économique, il est Malien tout court, tient-il à souligner par la signature de ce message qui restera gravé dans les annales de l’histoire du Mali. C’est un véritable cri du cœur dont nous vous livrons le contenu in extenso.

Réveillons-nous mes frères, nous croyions que ça n’arrivait qu’aux autres, malheureusement nous sommes tous en plein dedans.

Je suis un Malien tout court. Car je suis né à Bandiagara. Mon père était arrivé à Bandiagara dans les années 40 à L’Hydraulique. La plupart de mes frères et sœurs sont nés dans cette belle partie du Mali. Tous mes amis d’enfance sont Dogons et Peulhs. Je suis donc Dogon et Peulh, avant d’être Soninké. Je parle peulh comme la majeure partie des dogons de Bandiagara. Nous sommes Peulhs et Dogons en même temps.

Je suis Tamashek car j’ai une belle sœur qui est de Kidal.Je suis Sonrhai car j’ai des nièces et neveux qui sont Sonrhais. Je suis Bozo car j’ai des neveux et nièces qui sont Kemesso (Bozo).

Je suis Bobo car j’ai une nièce et un neveu, Théra, qui sont des Bobos.

Je suis Bambara car j’ai des nièces et des neveux qui sont à moitié Bambara.

Je suis Malinké et Kassongué, car j’ai des belles-sœurs qui le sont.

Je suis peulh car le sang peulh coule dans les veines de mes enfants. Je suis donc toutes les ethnies du Mali.Je suis le Mali dans sa globalité

Je considère ce métissage comme la plus grande richesse de ma famille et de mon pays, plus que les tonnes d’or et de cotons que nous exportons, car je suis chez moi partout au Mali du Nord au sud, de l’Ouest à l’Est.

Chers frères, ressaisissons-nous avant qu’il ne soit trop tard !

Comment des populations qui ont vécu en parfaite symbiose, peuvent-elles s’entretuer aujourd’hui ?

Autrefois cité en exemple du mieux vivre ensemble, notre cher Mali ne mérite pas ça.

Commerçants, industriels, paysans, chefs entreprises, jeunes leaders, leaders politiques, leaders religieux, chefs de village, femmes leaders, journalistes et bloggeurs, citoyens maliens, faisons une pause pour sauver ce qui peut l’être encore.

Nous assistons à la destruction de notre chère patrie sous nos yeux, ne cherchons pas les raisons et les causes, cherchons à éteindre le feu d’abord.

Je suis convaincu que la majeure partie de ces innocents Maliens qui perdent leur vie ne savent même pas le pourquoi. Qu’ils soient Peulhs, Dogons, Tamashek, Sonrhais, Bambaras, Bozos, ils sont tous Maliens. C’est le sang malien qui coule dans leurs veines.

Nous sommes tous fils ou petits-fils d’Untel ou Untel, je le sais. Nous sommes tous braves, je le sais également, mais faisons une pause. Ne laissons pas le cœur prendre le dessus sur la raison. Nous serons tous jugés un jour par nos actes et nos comportements en ce moment crucial pour notre chère patrie.

La violence engendre la violence. C’est un cycle sans fin. Arrêtons les propos incendiaires, diffusons des messages d’apaisement, de solidarité, de paix et d’amour.

Le combat du 21ième siècle, qui doit être le combat commun à tous   les Maliens, c’est la lutte contre la pauvreté et le sous-développement.

Que Dieu le tout puissant nous montre le chemin de la lumière et non de l’obscurité et de la rancœur. Que Dieu cultive dans nos cœurs l’amour du prochain et non de la haine. Que Dieu nous approche de Lui et nous éloigne du Satan. Amen !

Ibrahima Diawara,

Malien tout court

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here