Alcool et drogue en milieu de travail: Un véritable danger pour l’entreprise

L’Hôtel ONOMO de Bamako a servi de cadre, le samedi 30 mars 2019, à la tenue du deuxième numéro de la « Matinale » organisé par AFRIK PREVENT en partenariat avec le Complexe minier de Gounkoto. Selon les organisateurs, la « Matinale » est un espace pour la promotion de la sécurité et santé au Travail.

L’un des objectifs de la « Matinale » est de susciter des moments d’échanges entre les acteurs de la sécurité et santé au travail pour enrichir la réflexion. Il ressort de cette rencontre mensuelle que l’alcool et la drogue en milieu de travail ont un impact négatif sur la santé la sécurité au travail et sur la productivité des entreprises.

Cette rencontre a enregistré la présence du Directeur général d’AFRIK PREVENT, Sidi Faskoye, du directeur de la sécurité au complexe minier Gounkoto, Mama Kanta, du directeur général de l’ANASER (Agence nationale de la sécurité routière), Mamadou Sidiki Konaté, de Dr Mahamane Koné, Chef Adjoint de la prévention des risques professionnels à l’INPS (Institut national de prévoyance sociale), spécialiste en santé sécurité au travail et d’autres personnalités. Dans ses mots de bienvenue, le Directeur général d’AFRIK PREVENT, Sidi Faskoye a fait savoir que plus de 2,3 millions de personnes meurent chaque année de suite d'accidents et de maladies liés au travail. Avant de signaler que les causes de ces accidents de travail sont souvent liées à l’alcool et à la drogue.

A sa suite, trois présentations ont été faites par les experts. La première présentation a été faite par le directeur de la sécurité au complexe minier Gounkoto, Mama Kanta sur « Alcool et Drogue en milieu de travail : Impact sur la Santé la sécurité au travail et la productivité des entreprises ». Dans son exposé, il a fait savoir que les conséquences de l’alcool et de la drogue jouent sur la productivité au niveau de l’entreprise. A ses dires, les conséquences provoquent l’absentéisme au niveau du travail, sans oublier l’atteinte de l’image de l’entreprise. « La vie de l’entreprise peut être en péril », a-t-il dit.

Pourtant, dit-il, le code pénal malien puni l’état d’ivresse. Il a insisté sur la prévention de la prise de l’alcool et de la drogue en luttant contre le stress. Enfin, il a mis l’accent sur la formation des cadres et des superviseurs pour lutter contre le fléau. La deuxième présentation a été faite par le Commandant Mamadou Sidiki Konaté de l’ANASER (Agence nationale de la sécurité routière) sur «Interaction entre la sécurité routière et la performance en entreprise: Enjeux pour l'employeur et le travailleur ». Lors de sa communication, il a fait savoir que 1 350 000 de personne meurent sur la route chaque année à travers le monde. Selon lui, l’insécurité routière constitue la 7ème cause de mortalité à travers le monde.

A cet effet, il dira que le port du casque est vital pour réduire les risques de décès liés aux accidents de la route. La troisième présentation qui a porté sur «Que prévoient les textes pour la prise en charge des accidents de trajet d’un travailleur » fut l’œuvre de Dr Mahamane Koné, Chef Adjoint de la prévention des risques professionnels à l’INPS, spécialiste en santé sécurité au travail. Pour lui, l’une des causes de l’accident de travail est l’imprudence du travailleur. A l’en croire, en 2018, il y a eu 266 cas d’accident de travail. Selon lui, le coût de réparation annuelle de ces accidents de travail faite par l’INPS s’élève à plus de 500 millions de FCFA.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here