Accord de coopération transfrontalière Mali/Burkina Faso : Première session du comité de pilotage à SIKASSO

Les conseils régionaux des Cascades, au Burkina Faso, et de Sikasso, au Mali, entretiennent une coopération transfrontalière autour d’intérêts partagés. Cette coopération a été sanctionnée par un accord dont le pilotage est assuré par un comité transfrontalier. La première session de ce comité de pilotage a regroupé, vendredi, dans la capitale du Kénédougou, plusieurs responsables des collectivités territoriales, des services administratifs et techniques des Cascades au Burkina Faso, de Sikasso et de Mopti au Mali.
Rappelons que dans le cadre de cet accord de coopération transfrontalière, plusieurs projets structurants ont été déjà initiés et exécutés grâce à l’appui de la coopération suisse et de l’ambassade du Danemark. Il s’agit, entre autres, de la réalisation du marché agricole transfrontalier de Loulouni, l’aménagement de la piste qui relie les chefs-lieux des communes de Loulouni, Nimbougou au Mali et Ouéléni au Burkina Faso, l’élaboration du schéma directeur de gestion des ressources en eau du Haut Bassin Ouéléni-Nimbougou-Loulouni.
Cette première session du comité de pilotage de l’accord, rendue possible grâce à l’accompagnement du Programme partenariat pour l’exercice d’une gouvernance appropriée (PEGA), visait donc à mieux informer les acteurs sur les politiques de coopération transfrontalière du Burkina Faso et du Mali, informer les acteurs sur le processus de coopération transfrontalière entre les conseils régionaux des Cascades et de Sikasso, analyser les succès, les insuffisances, les opportunités et les menaces de la coopération transfrontalière décentralisée en vue d’élaborer un plan de travail pour le comité de pilotage.
A l’ouverture des travaux, le 1er vice-président du Conseil régional des Cascades du Burkina Faso, Zanga Coulibaly, a rappelé que cet accord de coopération signé en novembre 2014, est un engagement des conseils régionaux des Cascades et de Sikasso à renforcer les liens d’amitié et de solidarité existant entre les populations des deux collectivités, mais aussi à mener conjointement des actions de proximité dans le cadre d’un partenariat durable, dans un but d’intérêt commun. Selon lui, cette rencontre est la bienvenue car elle permettra de renforcer les capacités des membres du comité pour une meilleure coordination des activités et une meilleure redistribution de l’information des deux côtés de la frontière.
Pour le président du Conseil régional de Sikasso, Yaya Bamba, les populations de ces deux régions frontalières ont des liens séculaires sur le plan socioculturel et économique qu’il faut consolider et renforcer. « C’est pourquoi le gouvernement du Mali, a-t-il souligné, fait de la coopération transfrontalière un outil précieux de promotion du développement durable dans les espaces transfrontaliers en vue d’une intégration des communautés vivant de part et d’autre de la frontière, assurer la promotion et la réalisation des projets d’initiative transfrontalière, coordonner et mettre en cohérence les efforts du Mali et les Etats voisins dans la recherche de solutions aux défis de développement des zones frontalières contigües y compris la prévention et la gestion des conflits ».
L’accord de coopération transfrontalière entre le Conseil régional des Cascades, au Burkina Faso, et celui de Sikasso, au Mali, vise à instituer et à dynamiser la coopération transfrontalière entre les deux collectivités, en gérant de façon durable, rationnelle et consensuelle les ressources naturelles transfrontalières. Cet accord de coopération permettra, également, d’élaborer et de mettre en œuvre des projets communs de développement local entre les deux collectivités territoriales, de raffermir les liens de fraternité, de solidarité et de bon voisinage entre les populations des deux régions. L’accord vise aussi à promouvoir les échanges culturels et sportifs, assurer la libre circulation des personnes et des biens dans cet espace.
Au cours des travaux, les participants venus des deux pays ont eu de larges informations sur le Programme partenariat pour l’exercice d’une gouvernance appropriée (PEGA), chaque pays a également donné un aperçu sur sa coopération transfrontalière décentralisée et sa politique nationale des frontières. Des débats riches en enseignements ont suivi les différentes communications.

Fousseyni
DIABATé
AMAP – SIKASSO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here