Chérif Ousmane Madani Haïdara, président du GLSM : ‘’Il faut se donner la main …’’

Comme promis au lancement de son Forum sur la paix, la réconciliation et la mise en œuvre de l’Accord, le 15 mai 2018, le Groupement des Leaders Spirituels Musulmans (GLSM) a procédé à la restitution des résultats des travaux, le dimanche 07 avril 2019 au Palais des sports de Bamako en présence d’une foule impressionnante de délégués vénus de toutes les régions du Mali. Au cours de cette restitution, le président du groupement, Chérif Ousmane Madani Haïdara, a lancé un appel au Président IBK pour ouvrir davantage sa porte et tendre davantage sa main.

Face au public, les délégués venus de toutes les régions ont apporté des propositions et suggestions. Tous se résument en un quelques mots. La paix, la cohésion sociale, le vivre-ensemble et la tolérance pour un Mali apaisé.

Selon le vice-président du groupement, Thierno Hady Thiam, président de la commission d’organisation, nul ne peut aller contre la volonté de Dieu et nul ne peut être un bon citoyen sans aimer son pays, son prochain et ses dirigeants tout en les aidant à mieux gouverner.

Pour lui, si les membres de la famille ne soutiennent pas et ne respectent le chef de famille, la famille finira par disparaître. « Cela est valable pour un Etat, pour un service et même pour une simple association », a-t-il soutenu avant de demander aux uns aux autres d’arrêter avec la méchanceté et de rester de bons musulmans.

Quant à Chérif Ousmane Madani Haïdara, il a déclaré que les difficultés sont connues et qu’il y a lieu de réfléchir aux solutions. Il espère que les imams, les prêcheurs et les autorités joueront tous leurs partitions. Les populations qui sont dans les difficultés peuvent retrouver le bonheur si l’on se donnait la main. « Les gens ne doivent pas se limiter à dire qu’un dogon ou un peulh est tué par-ci pour par-là. Le bon musulman doit se poser la question, comment cela a pu arriver ? Et comment faire pour éviter que cela ne se reproduise ? », a conseillé le guide des Ançardine. Pour conclure, il a demandé au Président de la République à tendre davantage sa main à tous : opposition, majorité et toutes les couches sociales pour sortir le Mali de l’impasse

A l’opposition, il a demandé de mettre l’Etat au-dessus de tout. « S’il y a lieu de lutter à cause de la gouvernance, il faudrait qu’il existe d’abord. Nous devrons nous donner la main et lutter pour l’existence de l’Etat », a ajouté Chérif Ousmane Madani Haïdara.Lors de cette restitution, les membres du groupement ont débattu du thème : ‘’défendre notre humanité, notre foi et le vivre ensemble’’.

Drissa Togola

Source: Le Challenger

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here