Révision constitutionnelle : La classe politique rejette de nouveau l’avant-projet de loi

13

Invitée à Koulouba, jeudi dernier, pour recevoir une copie de l’avant projet de loi portant révision de la Constitution, une partie de la classe politique a boycotté la rencontre. Mais ceux qui sont partis, ne sont pas passés par quatre chemins pour dire au président de la République que l’heure n’est pas aujourd’hui de procéder à une révision constitutionnelle. Ils ont souhaité l’organisation des concertations nationales en lieu et place d’une révision constitutionnelle à laquelle IBK tient comme à la prunelle de ses yeux. Reste à savoir si leur appel sera entendu par un homme qui ne gère le pays que par mépris, arrogance et règlements de compte.

Après avoir reçu la copie des mains du président du Comité d’experts chargé d’élaborer un projet de réforme de la Constitution du 25 février 1992, le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) a, à son tour, jugé nécessaire de rencontrer la classe politique et la société civile pour leur remettre une copie dudit avant projet de révision.

Si la société civile et une partie de la classe politique ont répondu à l’invitation du chef de l’Etat, les deux grands regroupements politiques à savoir le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) et la Coalition des forces patriotiques (CoFOp) ont brillé par leur absence au palais présidentiel.

Si le président IBK s’attendait à une adhésion totale à son projet de réforme de la part des hommes politiques qui ont été reçus à Koulouba ce jour, il a certainement été déçu. Malgré la solennité de l’événement, les lignes n’ont pas bougé du côté de Modibo Sidibé, président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (FARE-AN KA WULI) et Modibo Kadjoké, président du Pacte malien pour la refondation (PMR).

Ils sont restés fidèles à leur ligne de conduite et leur déclaration de tous les jours à savoir l’organisation des assises nationales sans lesquelles notre pays ne pourra jamais se relever de la crise politico-sécuritaire.

A Koulouba, Modibo Sidibé et Modibo Kadjoké crachent leur vérité à IBK

Dans un communiqué rendu public à la fin de la cérémonie à Koulouba, le parti de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé dit se démarquer totalement de l’approche adoptée par le gouvernement quant aux réformes envisagées, en raison de l’absence de vision et de projet cohérent, et également en raison des circonstances, de la nature et de l’ampleur de la crise.

‘’Nous avons plutôt proposé de revenir aux Maliens à travers un dialogue national refondateur, plutôt que de s’en remettre à un Comité d’experts’’, soutient le communiqué.

Dans son intervention, l’ancien ministre, Modibo Kadjoké, le président du Pacte malien pour la refondation (PMR) affirme ne pas douter de la pertinence d’une révision de notre Constitution. Mais se demande-t-il si c’est la priorité ? Pour lui, le Mali a besoin d’être refondé et les Maliens ont besoin d’être rassemblés. Ce rassemblement, selon lui, passe d’abord par la sécurité alimentaire, la sécurité des personnes et de leurs biens et la négociation d’un moratoire pour les revendications catégorielles. Il dira que le Mali doit aller à un dialogue de refondation nationale. ‘’C’est seulement après ou pendant ce dialogue que nous parlerons de révision constitutionnelle’’, a-t-il déclaré. M. Kadjoké conclut que c’est à ce seul prix que son parti accompagnera le président de la République dans la réforme de la Constitution.

Quant au Front pour la sauvegarde de la démocratie (FDS), il a répondu à l’invitation du président IBK par l’organisation d’une conférence de presse, le lendemain, vendredi, à la Maison de la presse. Le président du FDS, Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition a déclaré qu’ils ont accepté la main tendue d’IBK pour promouvoir un dialogue républicain de sortie de crise.

En ce qui concerne les responsables de la Coalition des forces patriotiques (CoFOP), à l’heure où nous mettions sous presse, ils ne s’étaient pas encore prononcés sur le sujet. Mais leur refus de répondre à l’invitation du chef de l’Etat en dit long sur leur comportement.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que la classe politique, hormis Ensemble pour le Mali (EMP), la coalition présidentielle qui soutient IBK dans cette voie, rejette d’emblée le projet de réforme constitutionnelle. Le boycott de la cérémonie par le FSD et la CoFOP est un signe avant-coureur d’une tension politique dans le ciel bamakois. Alors que celle de certains leaders religieux ne s’est pas encore dissipée.

Avant qu’un autre front de refus ne s’organise comme An Tè A Bana, en 2017, pour engager un autre bras de fer dont notre pays n’a nullement besoin, IBK doit aller à l’écoute de son peuple pour une sortie honorable afin que le Mali ne s’ombre pas dans une autre crise dont les conséquences seront fâcheuses pour un peuple qui n’en peut plus.

Yoro SOW

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here