Primature : Dr Boubou Cissé s’assure du soutien des institutions de la république

Plus qu’un simple rituel, cette série de visites aura permis au nouveau Premier ministre de recueillir l’engagement de ces piliers de l’Etat à accompagner son action. La démarche répond à un souci de mobiliser toutes les catégories socioprofessionnelles du pays pour faire face aux défis du moment

La série de visites de courtoisie, entamée par le Premier ministre dès sa prise de fonction, connaît un écho favorable auprès des institutions de la République. C’est du moins le sentiment général qui animait, hier, les présidents de la Cour suprême, de la Cour constitutionnelle, de la Haute cour de justice, du Haut conseil des collectivités et du Conseil économique, social et culturel du Mali. Le Premier ministre a fait le tour de ces institutions, accompagné de ses proches collaborateurs.

C’est par la Cour suprême que Dr Boubou Cissé a entamé sa tournée. Un honneur apprécié à sa juste valeur par Nouhoum Tapily, président de l’institution et ses collaborateurs. Occasion pour les membres de la Cour suprême de survoler avec le visiteur du jour le futur cadre de travail qu’ils entendent instaurer avec le gouvernement. «Nous ne sommes pas allés dans les détails», a précisé Nouhoum Tapily, «impressionné par la grande disponibilité du chef du gouvernement, sa capacité d’écoute et son engagement à trouver des solutions aux problèmes de l’heure». «Je pense que cette fois-ci, nous pourrons travailler ensemble, faire en sorte que notre pays avance sur les grands chantiers», a-t-il déclaré.

Nouhoum Tapily rappellera que la justice est la pierre angulaire dans un Etat de droit ; elle régule les conflits qui naissent entre les citoyens eux-mêmes et entre les citoyens et les gouvernants. «Donc, la justice doit pouvoir jouer un rôle important dans la restauration du bon vivre ensemble que nous avons toujours connu et qui est fondamentalement notre culture identitaire», selon M. Tapily. Il a notifié au chef du gouvernement la disponibilité de l’institution judiciaire, tout en restant neutre, à inscrire ses actions dans le sens du développement et du renforcement de la cohésion sociale.

Après la Cour suprême, le Premier ministre et sa suite se sont rendus successivement à la Cour constitutionnelle et à la Haute cour de justice, présidées respectivement par Manassa Danioko et Abdrahamane Niang. Selon ce dernier, les échanges ont porté sur les problèmes généraux de la nation.

«Nous avons écouté un Premier ministre très engagé, disponible et ouvert», a-t-il souligné. Avant d’assurer le soutien de l’institution au Dr Boubou Cissé pour que le programme du président de la République puisse être traduit en actes dans les conditions maximales de consensus.
Dans l’après-midi, c’était au tour du Haut conseil des collectivités (HCC) et du Conseil économique, social et culturel (CESC) de recevoir le chef du gouvernement. Le président du CESC, Boulkassoum Haïdara, est persuadé que le Dr Boubou Cissé sera à la hauteur de la mission à lui confiée par le chef de l’Etat.

L’expérience managériale du nouveau chef du gouvernement, a estimé M. Haïdara, plaide en sa faveur pour relever les défis relatifs à la sécurité et la relance économique. «Je suis confiant, il pourrait être l’homme de la situation», a-t-il déclaré, tout en assurant le chef du gouvernement de son soutien sans faille.
Plus qu’un simple rituel, cette série de visites aura permis au nouveau locataire de la Primature de recueillir les conseils et les bénédictions des travailleurs des différentes structures visitées. Sa démarche répond à un souci, celui de mobiliser toutes les catégories socioprofessionnelles du pays pour faire face aux défis du moment.

Le choix de visiter en premier les institutions en charge de l’exercice et du contrôle du pouvoir judiciaire, n’est pas fortuit. Pour le Dr Boubou Cissé, «c’était important parce que tous les maux, dont souffre notre pays aujourd’hui, trouveront des réponses dans la recherche de la justice». Et c’est la recherche de cette justice qui créera les conditions de sécurité et de développement. Il a rappelé que ces maux sont, en plus de l’insécurité, «une certaine fracture sociale, des problèmes entre les communautés, une perte de confiance entre l’administration et ses citoyens». Face à ces situations, Dr Boubou Cissé est convaincu que le pouvoir judiciaire est le seul instrument efficace qui pourrait réguler les relations.

Selon le Premier ministre, les missions à lui confiées et les responsabilités qui seront celles de son équipe «ne sont pas des tâches pour un seul homme, même pour une équipe». Mais plutôt pour tous les fils et filles du pays. «Il va falloir que tout le monde se mette ensemble pour former un front commun afin de relever les défis», a-t-il exhorté.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here