Mali : 16,5 milliards de F CFA ramassés sur le marché régional, objectif 520 en 2019 !

Le Mali souffre à tous les niveaux : Sur les plans politique, économique et sécuritaire. Les 16,5 milliards de F CFA que viennent de ramasser les autorités sur le marché financier régional ne régleront pas tous les problèmes certes, mais c’est un bon début, qui plus est il donne des ailes au gouvernement. En effet il projette, en 2019, de lever 520 milliards de F CFA à travers l’émission de titres publics pour subventionner des projets de développement.

« Au vu de l’évolution récente des émissions du marché financier régional, cette opération est une réussite », se réjouit Siaka Samaké, chef de division Banques et Finances au Trésor public malien, dans un entretien avec Jeune Afrique. L’émission obligataire du Mali ciblait au départ 15 milliards F CFA sur le marché financier régional, 57,19 milliards ont été récoltés in fine, ce qui fait une sursouscription de près de 381%. Le Mali continue donc d’intéresser les investisseurs malgré ses innombrables problèmes conjoncturels et structurels !

Le Trésor public malien n’a pas voulu être trop gourmand et s’est contenté de prélever 16,5 milliards de F CFA sur les fonds levés «pour deux raisons principales, à savoir contenir la charge financière de l’État et respecter l’engagement des Trésors nationaux à ne pas retenir plus de 110% du montant sollicité», indique Siaka Samaké.
Et cela s’est fait à des conditions très avantageuses pour le Mali : il «a obtenu à cette émission le meilleur prix moyen pondéré sur l’année 2019 (98,74%), et de surcroît sur un titre d’une maturité de 5 ans. De plus le taux de rendement de 6,73%, est l’un des meilleurs de la zone. Ceci prouve à suffisance l’engouement des investisseurs envers les titres du Mali», précise le chef de division Banques et Finances.

A noter que l’argent collecté servira à financer les chantiers de la section Yanfolila-Kalana-Frontière de Guinée et le bitumage de la route Kolondieba-Zantiébougou, aux abords de la frontière ivoirienne. Il y a également la construction d’un deuxième pont à Kayes ou celle d’un échangeur et la réfection de la section Tour d’Afrique.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here