Etude sur les Micros, petites et moyennes entreprises : Bamako en pôle position avec 37,1% des MPME

Le secrétariat technique permanent du conseil supérieur du secteur privé (STP-CSSP) a réalisé en 2018, en partenariat avec l’Institut National de la Statistique (INSTAT) et avec le concours financier de l’ambassade du royaume du Danemark, le recensement des micros, petites et moyenne entreprises (MPME) sur toute l’étendue du territoire nationale. Les résultats de ce recensement ont été présentés au cours d’un atelier de restitution qui s’est tenu le mercredi 24 avril à Maeva palace.

L’objectif dudit atelier de restitution de l’étude sur le recensement des MPME est de partager avec les autres acteurs du secteur privé, les partenaires techniques et financiers, les services techniques de l’Etat, les conclusions les plus pertinentes de l’étude, ainsi que les recommandations formulées. « Le but de cette journée est de susciter une dynamique collective de réflexions et d’échanges autour des questions de statistiques, en vue de disposer de données fiables et actualisées sur les MPME », a déclaré le président de la séance de restitution de l’étude, Ibrahim Hamma, secrétaire général du Ministère du Développement de l’Industrie et de la Promotion des investissements.

Le rapport fait ressortir que la majorité des micros, petites et moyennes entreprises sont concentrées au niveau du district de Bamako (37,1%) comparativement aux autres régions. Il est suivi par la région de Sikasso qui contient environ 20% des MPME, la Région de Kayes vient en troisième position avec (18,2%), celle Ségou se positionne à la quatrième place avec (11,9%) et de Mopti avec (9,9%). Les régions de Koulikoro et du nord (Kidal, Tombouctou, Gao) représentent moins de 5% de la population des micros, petites et moyenne entreprises du Mali. De plus, l’Analyse des données relève que plus de la moitié des MPME du pays soit 65,9% ont comme activité le commerce. Les autres activités de services occupent 12,7% des MPME. « Les autres activités de fabrication viennent en troisième position avec 11,9% », indique le rapport.

A rappeler que la principale limite de ce recensement est que : la collecte a été faite dans les chefs lieu de région contrairement à la planification initiale eu égard aux contraintes budgétaires et de temps.

B. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here