Cour d’assises de Bamako : Tiécoura Tangara et Baba Sissoko écopent de la peine de mort

les juges de la cour d’assises de Bamako ont statué, en fin de la semaine dernière, sur le cas de Tiécoura Tangara, né vers 1989 à San, apprenti chauffeur domicilié au marché de Médine, et de Baba Sissoko, né vers 1997 à Sévaré, vendeur ambulant domicilié au même marché de Médine (sans autres précisions). Les deux étaient inculpés pour « d’association de malfaiteurs, séquestration, vol qualifié, violence et voie de fait ».

L’affaire Tiécoura Tangara et Baba Sissoko remonte entre janvier 2016 et février 2017. À cette date, un certain Moussa Saïd Sidibé fut à plusieurs reprises victime de vols. Quand ce dernier et sa famille vaquaient à leurs missions, leur maison sise à Moribabougou était cambriolée par des individus non connus et des objets étaient emportés. Outre cela, quand le sieur Sidibé se rendait chez lui pour constater l’état de santé de son épouse qui était souffrante en date du 9 décembre 2016 aux environs de 20H, il a été arrêté par deux individus munis d’un pistolet automatique. Ceux-ci lui ont extorqué une somme de huit millions cinq cent mille F CFA (8 500 000) qu’il gardait dans sa voiture. Les braqueurs lui avaient également menacé de s’attaquer à sa famille en cas d’une quelconque déclaration à la police par lui ou par quiconque à propos ce braquage. Également le 6 février 2017, mais cette fois-ci tard la nuit, quatre intrus encagoulés s’étaient également rendus dans le salon du sieur Sidibé. À l’intérieur de la chambre, quand sa femme a entendu des bruits étranges qui se produisaient, celle-ci a immédiatement fait signe à son époux Sidibé qui est venu trouver que les quatre cambrioleurs armés faisaient leurs opérations dans le salon. C’est ainsi que les intrus ont immobilisé tous les occupants du lieu en attachant leurs mains et en fouillant toute la famille avant de s’enfuir avec une moto Djakarta, sept téléphones, un ordinateur, des bijoux, des pagnes et une somme de 1.500 000F. De sa part, Moussa Saïd Sidibé fut bastonné et laissé sur place par les assaillants. C’est ainsi que M. Sidibé se décide de porter plainte devant certaines unités d’enquêtes et notamment à la brigade d’investigation judiciaire du ressort. Les enquêtes donc ouvertes par cette dernière se sont soldées par l’interpellation de Baba Sissoko, retrouvé en possession d’un des téléphones volés à la famille du sieur Moussa Saïd Sidibé suivie de celle du nommé Tiécoura Tangara. À leur tour, ces deux ont indexé un certain Solo et Guimba qui semblaient prendre part aux opérations des différents cambriolages.

Les juges ont tranché sur l’affaire et Tiécoura Tangara et Baba Sissoko ont été donc condamnés à la peine de mort et du paiement d’une amende de 12 077 500 F. À la barre, bien vrai que les avocats ont plaidé pro domo et que le public a assisté à des plaidoyers de qualité, les deux inculpés n’ont pas pu nier les faits. Les délibérés ont donc été en défaveur des attentes des avocats.

Mamadou Diarra

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here