Boubou Cissé à la signature de l’accord de gouvernance : « Cet accord n’est pas pour annihiler l’opposition…»

Après plusieurs jours d’échanges avec les responsables des partis politiques, souvent jusqu’à leurs différents états-majors, le Premier Ministre, Dr Boubou Cissé, a presque réussi l’union sacrée autour de son accord politique. Sous les regards bienveillants du Secrétaire Général de la Présidence, Moustapha Ben Barka, des représentants des signataires de l’accord pour la Paix et la réconciliation, des familles fondatrices de Bamako et plusieurs autres personnalités du pays comme de l’étranger, le PM Cissé, a procédé à la signature de son accord avec plusieurs regroupements de partis politiques de la majorité, de l’opposition et du centre, le jeudi 2 mai à la Primature.

Ils sont nombreux, responsables des  partis politiques  de la majorité, du centre, comme de l’opposition à  apposer  leur signature sur le bas de cet accord. Lequel accord vise un seul objectif : « concourir à faire sortir le pays de la crise multidimensionnelle ».

Dans le camp du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD), figurait en première ligne le président du PARENA  TiebiléDramé et son camarade du PSP, Oumar HamadounDicko. A préciser  que  le président de l’URD, Soumaïla Cissé, non moins chef de file de l’opposition malienne, n’a pas signé cet accord pour des raisons de divergences de vues sur certains points avec le PM. Du côté de la Coordination des Forces Patriotiques, le devant de la scène était occupé par le Président de la CODEM, HousseyniAmionGuindo.

En effet, cette cérémonie a été marquée par 2 temps  solennels.

D’abord la signature du document et les interventions caractérisées  par des mots hautement patriotiques teintés du désir de converger les efforts pour une sortie de crise.

Au chapitre des signatures, le ton a été donné par le président de l’Ensemble Pour le Mali (EPM), Dr BocaryTréta et le président du PSP (parti membre du FSD), Oumar HamadounDicko. D’ailleurs, c’est  ce dernier, qui a porté au pupitre le message de tous les partis signataires.

Dans son intervention, le président du PSP, a mis un accent particulier sur le contexte dans lequel le document d’accord politique est signé. «  Le pays vit sous de fortes convulsions. Les hommes et les femmes du Mali peuvent faire face à cette convulsion » a déclaré M. Dicko. Et d’ajouter : «  le bateau Mali peut tanguer, mais ne tombera jamais ».

Plus loin, il a clairement déclaré, qu’il ne s’agit pas aujourd’hui d’une question d’homme, encore moins d’individus, mais plutôt d’un Mali, remis en cause. D’où l’occasion pour lui de définir cet évènement comme une  opportunité de sauver le Mali.

Avant de conclure son intervention, il a indiqué au PM, qu’il ne pourra pas,  seul,  faire face aux défis actuels du Mali.

«  Le président de la République, m’a instruit de concerter tous. J’ai voulu aller vers tous, mais je n’y ai pas parvenu » a déclaré  le PM Cissé à sa prise parole. Dans cette veine, il a précisé que toutes les sensibilités seront valorisées et associées à la gestion des affaires.

Parlant de l’accord politique, il a soutenu qu’il ne s’agit pas d’annihiler l’opposition encore moins un partage de gâteaux.  «  Une démocratie sans opposition, n’en est pas une » a-t-il affirmé.

A l’assistance, le patron de la Primature, a indiqué que le Mali fait face à un véritable danger. Mais à côté de ce danger, dit-il, existe une opportunité. «  Celle de bâtir ensemble un nouveau Mali, notre patrimoine commune » a-t-il déclaré.

Avant de terminer, Dr Boubou Cissé, a tenu à préciser que cet accord, qui n’est qu’un commencement ouvre la porte à beaucoup d’autres chantiers dans le cadre de la gouvernance du Mali.

Ensuite, le 2ème temps fort de la cérémonie a été la photo de famille entre le Premier ministre et l’ensemble des acteurs présents. Historique !

Par Moïse Keïta

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here