ANGESEM : Le bilan de la directrice jugé scandaleux aux yeux de la population

Etablissement public à caractère administratif, l'Agence nationale de gestion des stations d'épuration du Mali a été créée pour répondre à la nécessité de mettre en place une structure qui aura la charge d'assurer la gestion des stations d'épuration des eaux usées et ouvrages annexes qui seront réalisés dans notre pays.
Mais hélas, en dépit de 04 ans de gestion de la directrice Assian SIMA, le bilan est scandaleux car la structure est caractérisée par une mauvaise gestion hors du commun, ajouté à l’incompétence de la première responsable de la structure qui n’est autre que Mme Sangaré Assian Sima qui accompagne la structure dans sa descente à l’enfer. C’est pourquoi, depuis belle lurette, les personnels cherchent en vain le départ de la bonne dame. Mais niet, elle serait en parfaite symbiose la ministre de tutelle. Les raisons qui motivent les travailleurs à se rebeller sont claires. Ils réclament un plan de carrière à travers le syndicat. Se croyant intelligente, Mme SIMA sait arranger pour licencier les têtes du syndicat, poussant ainsi les travailleurs à la révolte contre le régime déjà fragilisé par la crise sécuritaire.
Pourtant la gestion des biens au sein de la structure n’est pas aussi clémente. Depuis un certain temps, le siège de ladite direction est en chantier avec la bagatelle de 1 milliard environ mais n’arrive toujours pas à s’achever. Selon des indiscrétions, un deal serait fait de la location du siège actuel. Chut ! On se partage les sous. Une autre source révèle que la directrice est en double chantier, mais que la priorité est le logement paternel à Djelibougou au lieu de finaliser le siège à la zone industrielle.
La gestion opaque des marchés
Les produits de traitement des eaux usées ne font pas objet de déclarations dans le journal officiel ou Essor, pourtant c’est de centaines de millions qui rentrent en jeu. Pour exemple l’achat d’un camion « Spiros »pour ravitailler les stations de traitement avec des eaux des teinturiers de Bamako, les prix explosent le mercure, et le camion n’était pas approprié pour ce genre de travail, puisque les produit chimiques des teinturières usent la citerne, donc des dizaines de millions jetés par la fenêtre.
La station de Point G où plus de 700 millions ont été injectés sans résultat escompte à savoir le traitement efficace des eaux usées de l’Hôpital de point G, quels gâchis ! La station de traitement des eaux des teinturières de Bamako à Sotuba, de millions de nos francs évaporés sans le traitement souhaité des eaux des teinturières de Bamako. Pourtant inaugurée seulement l’année passée, la station de traitement des eaux usées de l’hôpital de SIKASSO, chose étrange dans tout ça même les personnels de l’hôpital de Sikasso ne savent à quoi sert cette station. Que dire des agences de Mopti, de Tombouctou. Toutes ces stations sont dans un état délabré, insalubre, en manque de personnel qualifié et des produits de traitement efficace et même des combinaisons de protection du personnel
Nous reviendrons plus en détails sur les marchés passés les quatre dernières années par la directrice
Abdourahmane Doucouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here