Ecoles : Les syndicats projettent une nouvelle grève

Vers un durcissement de la crise scolaire. La Synergie des syndicats de l’éducation signataires du 15 Octobre 2016 va observer un nouvel arrêt de travail. L’information a été donnée, le lundi 06 mai, par le secrétaire général du syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités. Ce nouveau préavis de grève est de 27 jours, soit 648 heures, intervient alors qu’une autre grève de 23 jours est en cours. Elle prend fin le 17 mai prochain. Selon les enseignants, “l’année blanche est inévitable si les négociations n’aboutissent pas avant la fin du mouvement”. Selon le secrétaire général du syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités, le blocage se trouve au niveau de deux points : la prime des logements et l’accès des fonctionnaires de collectivité aux services centraux de l’État. Pour les enseignants grévistes, la reprise des cours est conditionnée à la satisfaction de ces deux points. Ils espèrent que la nomination du nouveau ministre de l’éducation pourrait décanter la situation. Alors qu’un mouvement de grève est en cours jusqu’au 17 mai prochain, la Synergie des syndicats grévistes vient de déposer un autre préavis de d’arrêt de travail de 27 jours. Ce mouvement devrait commencer le mercredi 22 mai au vendredi 28 juin.

Cérémonie de passation…

Kamissa passe le relai à Tiébilé

Au Ministère des Affaires étrangères et de la coopération, la cérémonie de passation de service a eu lieu le mardi dernier entre, Tiébilé Dramé et Kamissa Camara. Au terme de cette cérémonie, les deux personnalités ont passé en revue les défis et les enjeux de l’heure auxquels le Mali doit faire face pour le rayonnement de sa Diplomatie.

Après leur tête-à-tête, les deux Ministres se sont retrouvés face au personnel du Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale symbolisant une prise de contact pour le nouveau Ministre Tiébilé DRAME et un au revoir pour la sortante Kamissa CAMARA.

Lors de leurs interventions, les deux personnalités ont invité les travailleurs du Département à inscrire leurs actions de tous les jours dans la continuité pour l’intérêt supérieur du Mali.

Il convient de rappeler que Mme Kamissa CAMARA occupe désormais le portefeuille de l’Économie Numérique et de la Prospective dans le nouveau Gouvernement.

G5-SAHEL

Antonio Guterres appelle à un soutien accru au G5

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelle à un soutien accru de l’ONU à la Force multinationale anti-jihadiste G-5 Sahel en exprimant dans un rapport sa “profonde préoccupation devant la détérioration de la situation sécuritaire” au Mali et dans la région sahélienne. Formé de troupes du Niger, du Mali, de Mauritanie, du Tchad et du Burkina Faso, “la Force conjointe ne peut pas seule sécuriser le Sahel”, estime Antonio Guterres dans ce document remis en début de semaine au Conseil de sécurité.

“Une pleine opérationnalisation de la Force conjointe G5-Sahel ne sera possible que si elle reçoit un soutien constant et prévisible”, ajoute-t-il. A cet égard, il réclame à nouveau, malgré l’opposition de longue date des Etats-Unis sur ce sujet, que le G5-Sahel bénéficie de ressources financières de l’ONU et d’un mandat placé sous le chapitre 7 de la Charte des Nations unies prévoyant le recours à la force.

Premier contributeur financier à l’ONU, Washington, qui cherche à réduire les dépenses de l’Organisation, préfère se focaliser sur son aide bilatérale aux pays du Sahel.

Il rappelle en outre l’accord technique conclu entre l’ONU et le G5-Sahel et qui prévoit un soutien logistique (aide à la construction de camps, fourniture de carburants, d’alimentation, soutien médical) de l’Organisation à la nouvelle force (environ 5.000 militaires des cinq pays fondateurs) lancée formellement en juillet 2017.

L’accord technique ne prévoit jusqu’à présent qu’un soutien de la mission de l’ONU au Mali (Minusma) aux troupes du G5-Sahel présentes dans ce pays.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here