Faire du neuf avec du vieux !

Dans son nouveau gouvernement, Dr. Boubou Cissé a gardé les poids lourds de l’ancienne équipe, dont certains ont changé de portefeuille. Attendu depuis deux semaines, ce gouvernement aura pour tâche principale d’accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix issu du processus d’Alger, afin de faire bouger les lignes pour une sortie de crise au Mali.

L’attente a été longue. Depuis la nomination de Dr. Boubou Cissé à la Primature, le 22 avril, le Mali attendait la composition du gouvernement. Ce nouveau gouvernement a vu un chamboulement au niveau de l’attelage politique, avec une équipe «plus ouverte» et «recentrée sur les missions essentielles de l’État».

Finalement, le resserrement tant souhaité n’a pas eu lieu: le nouveau gouvernement est composé de 36 ministres et deux secrétaires d’État, contre 32 ministres dans le gouvernement sortant. La taille du gouvernement s’explique par le souci de prendre en compte l’accord politique signé avant la formation du gouvernement par les acteurs politiques à la Primature le 2 mai 2019.

Quant à la féminisation de l’équipe gouvernementale, elle apparaît timide : alors que le précédent gouvernement comptait 11 femmes donc 10% de femmes, celles-ci représentent aujourd’hui un peu plus car 9 femmes à savoir 9%. «Ce qui est infirme vue la loi sur le genre. Ce gouvernement serait «arrimé aux priorités» du chef de l’État, réélu pour cinq ans, avec 67,17% des voix, avec des portefeuilles dédiés à l’économie sociale et solidaire, à la cohésion sociale, la lutte contre la pauvreté ou encore à la jeunesse.

IBK trouve de nouveaux alliés

Le deuxième gouvernement d’Ibrahim Boubacar Kéita, pour son second mandat, est composé de nouveaux alliés politiques dont ses opposants lors de la présidentielle de 2018. Dans le camp de l’opposition républicaine conduite par SoumaïlaCissé, on ne cache pas sa déception après ce gouvernement. «Rien n’a changé et nous n’attendons aucune inflexion de la politique en cours avec cette équipe-là», estime un baron de l’URD en commune IV du district de Bamako.

Du côté d’Aliou Diallo, candidat venu en troisième position lors de la présidentielle, pas de déclaration officielle pour l’instant. C’est pourtant le gros perdant de ce remaniement. Car le président de son parti a rejoint l’équipe gouvernementale au département des Réformes institutionnelles et des Relations avec la Société civile.

Avec l’entrée de TiébiléDramé dans le gouvernement, c’est la mort de l’alliance conclue entre lui et SoumaïlaCissé, pour l’élection présidentielle de 2018.

 

Paul Dembélé

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here