Nouvelle route de la soie : Quelles opportunités pour l’Afrique et pour le Mali?

Hier, jeudi 9 mai 2019, l’Institut des Hautes Etudes en Management (IHEM) au Mali fondé par Abdoullah Coulibaly a organisé en son sein sis au quartier Hamdallaye ACI 2000, une conférence débat sur la «Nouvelle route de la soie ». Il ressort de cette conférence débat que la nouvelle route de la soie, pilotée par la Chine, est une opportunité de développement à long terme.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette conférence débat. Outre le Président directeur général (PDG) de l’IHEM, Abdoullah Coulibaly, on notait la présence de l’Ambassadeur de la Chine au Mali, ZHU Liying, l’Ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, le représentant de la primature, le colonel Sidibé, des anciens ministres, Mamadou Namory Traoré, Habib Ouane, N’Diaye Bah, Boya Dembélé de la Cour Suprême du Mali et un parterre d’étudiant. Après les mots de bienvenue de Rokiatou wallet Ahmedou, Etudiante à l’Institut des Hautes Etudes en Management (IHEM), l’Ambassadeur de la Chine au Mali, ZHU Liying a félicité le PDG de l’IHEM, Abdoullah Coulibaly d’être un visionnaire. Avant d’ajouter que la nouvelle route de la soie est une opportunité de développement à long terme. A ses dires, la guerre commerciale concerne non seulement la Chine et les USA, mais aussi l'Europe et USA. A son avis, la gouvernance du monde est malade. Ce que propose la Chine, dit-il, c'est le multilatéralisme, le respect, l'égalité, la non-ingérence dans les affaires intérieures, et le développement en commun, pour remédier à cette maladie. «L'initiative de la nouvelle route de la soie constitue alors une contribution au monde dans la bonne gouvernance: développement en commun sur une plateforme toute nouvelle, avec la conception en commun, la construction en commun, et le partage en commun. En gros, ça concerne la connectivité dans la stratégie de chacun des pays participants, dans leur infrastructure, dans leur communication, dans leur commerce, dans leur finance, et dans les échanges humains. Vous voyez, la route, ce n'est pas seulement dans son sens littéral. C'est beaucoup plus vaste », a-t-il dit. Et d’ajouter que l'idée de la nouvelle route de la soie a été lancée en 2013 par son président Xi Jinping. « En 6 ans seulement, 127 pays et 29 organisations internationales y ont participé. C'est une plateforme ouverte pour la coopération, tout pays peut y participer. Je vois aussi la volonté du Mali, et nous sommes en train de préparer cette participation », a-t-il dit. Quelles opportunités pour l'Afrique, pour le Mali? Répondant à cette question, le diplomate Chinois au Mali a rappelé qu’il y a 7 siècles, les Maliens ont bâti une route de l'or qui allait jusqu'à la Mecque. «Aujourd'hui, vous avez la route du coton. Les Maliens, très commerçants, vous allez partout dans le monde pour le commerce. La ville chinoise la plus connue pour les Maliens, c'est Guangzhou. En tout cas ceci pour vous dire que la route du commerce existe déjà entre nos deux côtés. Pour les infrastructures au Mali, la Chine a fait le 3ème pont à Bamako, le pont à Gao et à Ségou, l'autoroute Bamako-Ségou, les aéroports de Bamako et de Sikasso, entre autres, pour faciliter la communication. Sans parler de la nouvelle cité universitaire à Kabala et l'hôpital du Mali ou les médecins chinois travaillent », a-t-il dit. Dans les années à venir, dit-il, la Chine accompagnera toujours le Mali dans son développement, et la priorité se trouve toujours dans les infrastructures pour que le pays, interland dans l'Afrique de l'Ouest, devienne un véritable carrefour de communication. Il souligné que l'initiative de la nouvelle route de la soie peut aider à réfléchir. Dans son exposé, l’Ambassadeur de Chine au Mali a fait savoir que la vision de la nouvelle route de soie, c'est le développement en commun à long terme. Répondant aux questions des uns et des autres, ZHU Liying a fait savoir que l’Afrique n’est pas oubliée par la route de la soie, car, selon lui, le Sénégal en bénéficie déjà. A l’en croire, bientôt, un mémorandum sera signé entre la Chine et le Mali dans le cadre de la route de la soie. Il a souhaité à ce que les ressources au Mali soient mises en valeur. Il a précisé que le secret de la réussite de la Chine repose sur le pragmatisme. « L’ouverture est le plus grand secret de la Chine. L’année dernière, la Chine a été le plus grand pays d’accueil des investisseurs », a-t-il dit. Par ailleurs, il dira que la Chine a fourni 400 Casques Bleus dans le cadre du maintien de la paix au Mali. Enfin, il a signalé que son pays a débloqué un fonds pour le G5 Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Pour sa part, l’Ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri s’est réjoui de l’initiative de la route de la soie qui est très prometteuse. Ce type de coopération multilatérale, dit-il est une aubaine pour le développement. Avant de préciser qu’en 2017, la Chine et le Maroc ont signé un mémorandum pour que le Maroc puisse être inclus dans le programme d’investissement de la route de la soie. L’organisateur de la conférence débat, Abdoullah Coulibaly, PDG de l’IHEM dira que pour gagner, il faut anticiper. Il a pris l’exemple sur la Chine qui est sur le toit du monde. Pour lui, il faut avoir une vision et l’audace pour le développement. « Si nous osons au Mali, on peut y arriver », a déclaré Abdoullah Coulibaly.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here