Risque d’une ANNEE BLANCHE : Le gouvernement engage une course contre la montre pour sauver l’école

A l’issue de son premier Conseil des ministres du mercredi 8 mai 2019, dans sa salle de délibérations au palais de Koulouba, sous l’égide du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, le gouvernement Boubou Cissé a décidé, pour son baptême du feu, de convoquer une grande rencontre ce samedi au CICB sur la crise scolaire. Cette décision de prendre le taureau par les cornes coïncide avec le dépôt d’un nouveau préavis de grèves de 27 jours (soit 648 heures) allant du 22 mai au 28 juin, sur toute l’étendue du territoire national par le Syndicat des enseignants. Donc, tout porte à croire que c’est désormais la course contre la montre face au spectre de l’année blanche.

Le mercredi 8 mai 2019, dans sa salle de délibérations au palais de Koulouba, sous la haute autorité du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le gouvernement de Boubou Cissé a tenu son premier Conseil des ministres. A cette occasion, le président IBK, après avoir félicité toute l’équipe de Dr. Boubou Cissé, pour le choix porté sur leurs personnes dans un contexte sociopolitique et économique très tendu de notre pays, a instruit le Premier ministre et son gouvernement de tout mettre en œuvre pour « améliorer l’action gouvernementale afin notamment d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national ; de poursuivre la mise en œuvre des lois d’orientation et de programmation militaire et de sécurité intérieure ainsi que du plan de sécurisation intégrée des régions du Centre ; de renforcer l’accès des populations aux services sociaux de base notamment sur le plan de la justice, de l’éducation et de la santé ; de consolider l’unité nationale ; d’organiser, dans un meilleur délai, le dialogue politique inclusif préconisé par l’Accord politique de gouvernance du 2 mai 2019 ; de poursuivre les efforts dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali issu du Processus d’Alger ; d’œuvrer à la construction d’une économie émergente en tenant compte notamment des exigences de l’espace Uémoa ; de renforcer les actions du gouvernement pour l’apaisement du climat social et d’entreprendre des initiatives pour la valorisation des produits nationaux ».
Selon le communiqué final, le Conseil des ministres a statué prioritairement sur la grève déclenchée par les syndicats d’enseignants depuis le début de l’année scolaire en cours.
En effet, pour mettre fin à cette crise qui risque de plonger l’école malienne dans une année blanche, le Conseil des ministres a décidé de tenir, le samedi 11 mai prochain, à partir de 10 h, au Centre international de conférences de Bamako (CICB), une rencontre décisive. C’est à l’intention des syndicats des enseignants, des parents d’élèves, de l’Amsuneem, de l’AEEM, des chefs coutumiers et religieux de Bamako et des acteurs politiques siégeant à l’Assemblée nationale.
Placée sous l’égide du Médiateur de la République, le doyen Baba Akhib Haïdara, qui aura à ses côtés les ministres chargés du Dialogue social et de l’Ecole, cette rencontre a pour but initial de trouver un cadre de dialogue concluant avec les enseignants grévistes afin de sauver l’année scolaire en blocage depuis pratiquement novembre 2018.
Ce qui dénote que Dr. Boubou Cissé et son équipe ne comptent ménager aucun effort face aux défis majeurs qui les attendent tant sur le front sécuritaire et politique que celui du monde scolaire et socio-économique. Reste à savoir si la synergie des syndicats signataires du protocole d’accord de 2016 se montrera compréhensive ou intraitable.
Affaire à suivre !
Amadou N’Djim

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here