Mali : Tiébilé Dramé, un partisan du dialogue avec les jihadistes devenu ministre d’ouverture

Tiébilé Dramé a été nommé, le 5 mai, ministre des Affaires étrangères du Mali au sein d’un gouvernement d’ouverture. © Vincent Fournier/JA
Après la signature d’un accord entre le pouvoir et l’opposition, cet adversaire d’Ibrahim Boubacar Keïta a été nommé, le 5 mai, ministre des Affaires étrangères du Mali au sein d’un gouvernement d’ouverture. Voici les dix choses à savoir sur Tiébilé Dramé.
1. Anti-Moussa Traoré
Étudiant à Bamako dans les années 1970 sous la dictature de Moussa Traoré, Tiébilé Dramé organise des grèves et des sit-in avec ses camarades de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali (Uneem), ce qui lui vaut plusieurs séjours en prison, y compris à Kidal (Nord).
2. Exil européen
Surveillé de près, il s’installe en Europe en 1981. D’abord à Paris, où il milite au sein de la diaspora africaine et dans les milieux ouvriers, puis à Londres, où il travaille pour Amnesty International. Durant ses dix années d’exil, il se bat au sein de l’Union de lutte Tiémoko Garan Kouyaté (ULTGK), un réseau politique clandestin.
Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital
Cet article est réservé aux abonnés

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here