Paix et réconciliation au Mali: l’Accord exécuté à 44%

1

Quatre ans après sa signature, le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix traine sinon s’enlise. Des chapitres essentiels dudit accord sont presque au point mort. A ce jour, selon le 4e rapport du Centre Carter, il est exécuté à 44%. A part le lancement de la réforme institutionnelle par l’Etat, aucun progrès significatif n’a été enregistré entre janvier et mars 2019. Dans tous les chapitres, il y a des difficultés réelles de faire avancer le processus de façon générale.

De janviers à mars, presqu’aucun progrès n’a été enregistré dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation signé entre le gouvernement et des groupes armés, affirme l’Observateur Indépendant de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix. C’est ce qui ressort de son 4e rapport dont le contenu a été partagé hier mercredi à la presse.

Le MOC et le DDR loin des attentes

Alors que les populations attendent les dividendes de la paix, l’Accord pour la paix au Mali prend toujours du temps à se concrétiser. Quatre ans après sa signature, le processus semble s’enliser. En effet, à la date de fin mars dernier, l’Observateur indépendant, le Centre Carter, notait un taux d’exécution de l’Accord à 44%, un chiffre très en deçà des attentes. Les chapitres les plus importants comme le processus DDR et le MOC sont presque au point mort. Il est attendu en effet à l’issue de ces processus de réduire la circulation des armes notamment.

Malgré son importance, en avril, a déploré le Centre Carter, le DDR accéléré n’avait abouti de manière effective ni à la démobilisation ni au désarmement ni à la réinsertion des combattants des Mouvements regroupés dans le Mécanisme opérationnel conjoint (MOC). La faute soulignée par l’Observateur indépendant est qu’en général « la conception et la décision du lancement, par le Gouvernement, du DDR accéléré, à partir des éléments du MOC, n’ont pas été appuyées par une planification rigoureuse et appropriée ».

De même, l’Observateur indépendant a constaté également que quatre mois après l’évaluation et la confirmation de quelques 1.423 éléments du MOC, pas un seul n’a été intégré dans les forces armées et de défense à ce jour et aucun calendrier de ce processus n’est annoncé.

S’agissant du processus général du DDR, l’Observateur indépendant a exprimé son inquiétude quant à l’exécution de l’étape de recensement des combattants, censée être clôturée en avril 2018 aux termes de la « Feuille de route » de mars 2018. Cette phase toujours en cours, semble être interminable, a déploré le Centre Carter.

Elle a déjà conduit à un total de 63.000 combattants enregistrés, avec en perspective des nouvelles listes attendues. Quatre ans après la signature de l’Accord, dans ce domaine crucial pour la paix et où la volonté des Parties maliennes est à l’épreuve, aucun calendrier global et contraignant n’a été fixé. « En plus, le nombre élevé de combattants enregistrés, qui semblerait bien au-delà du nombre probable de combattants appartenant aux Mouvements et des capacités d’intégration et de réinsertion du Gouvernement, risque de miner le processus du DDR général à venir », a prévenu l’Observateur indépendant.

Aussi, le chiffre élevé des combattants enregistré inquiète déjà le Centre Carter à cause de l’absence d’une planification détaillée de la stratégie de la réforme du secteur de la sécurité et d’un accord définitif sur la restructuration de l’armée reconstituée et sur les modalités de son redéploiement.

A ces difficultés, ajoute-il, l’absence d’accord sur les diverses conditions avancées par les Mouvements pour le DDR, à savoir un accord sur la connaissance préalable du nombre de leurs combattants appelés à intégrer la nouvelle armée reconstituée et sur la question du commandement. Ainsi, l’Observateur indépendant recommande à l’Etat de prévoir et de déterminer le financement pour la mise en œuvre du processus de DDR.

Le non-sens de la conférence d’Entente nationale

Outre ces points qui retardent l’évolution de la mise en œuvre, le Centre Carter a ajouté que l’accroissement des tensions et conflits intercommunautaires dans le centre du Mali rendent également un peu plus difficile le travail. A cause de ces conflits, regrette-t-il, le pays s’éloigne du coup d’une reconstitution et d’une consolidation efficaces du vivre ensemble national.

Même constat au chapitre de la réconciliation nationale. L’Observateur indépendant note que la tenue de la Conférence d’entente nationale, et les résultats auxquels cette réunion a abouti, n’ont contribué que très faiblement à atteindre l’un des objectifs majeurs de l’Accord, à savoir la réconciliation nationale.

Contrairement à la mise en œuvre de la feuille de route de mars 2018, aucune action spécifique n’a été entreprise par les Parties maliennes pour rendre effectif cet engagement. Ainsi, de manière globale, cet évènement ne semble pas avoir été vécu comme marquant un tournant dans la vie nationale, a indiqué le Centre Carter.

Dans la même veine, il y a des problèmes dans l’opérationnalisation de la justice et de la vérité afin de renforcer la confiance entre les citoyens en vue d’impulser la réconciliation nationale. « La CVJR est aujourd’hui opérationnelle et, à travers des antennes régionales installées sur l’ensemble du territoire national, a recueilli environ 11 624 dépositions de présumés victimes », a affirmé le Centre Carter. Mais nulle part le projet de la CVJR ne concerne clairement les auteurs des violations.

« Les audiences publiques, qu’elle se propose d’organiser éventuellement, ne prévoient pas de confrontations entre les victimes et les accusés, en vue de la recherche de la vérité, du pardon ou de la réparation», a-t-il souligné, avant d’indiquer la justice ne saurait se faire en l’absence de l’État sur une partie du territoire concerné.

Par Sikou BAH

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here