Commémoration de la Journée de l’UA 2019 au Mali: La Misahel a bouclé la boucle avec une réception

En apothéose des activités marquant la commémoration de l’édition 2019 de la Journée de l’Union Africaine (UA), La Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel (MISAHEL), a organisé une réception à laquelle ont été conviés le gouvernement du Mali, le corps diplomatique et les partenaires de la MISAHEL C’est l’hôtel Sheraton qui, le samedi 25 mai 2019, a servi de cadre à cette soirée récréative essentiellement consacrée au dégusté de succulents mets sous un agrément musical orchestré par la chorale de la cathédrale de Bamako.

Tout a commencé autour de 20h avec l’exécution des hymnes du Mali et de l’Union Africaine. A la baguette de ces chants, les choristes de la cathédrale de Bamako qui ont impressionné les membres du Gouvernement ainsi que les ambassadeurs ayant répondu présents à l’invitation de SEM Pierre BUYOYA le Haut Représentant de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel. S’en est ensuite suivi la séquence des allocutions.

Prenant la parole en premier en sa qualité de maître des lieux, le Haut Représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel a dit soutenir la démarche de dialogue par laquelle les autorités du Mali sont parvenues à former un gouvernement de large union. SEM Pierre BUYOYA a ensuite exhorté les parties signataires de l’Accord de Paix à aller de l’avant dans la mise en œuvre de leur feuille de route. Allusion a été également faite par l’ancien président du Burundi à l’insécurité au Sahel. Conscient de la situation dira t-il, le dernier sommet de l’UA a décrété la protection des réfugiés comme thème de la célébration de sa journée de cette année. « Je n’ai pas de solution magique au fléau de l’insécurité au Sahel mais retenons que cette situation nous interpelle tous » a t-il lancé.

Pour sa part, Tiébilé Dramé, le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale a, au nom du gouvernement malien, évoqué l’accord de paix, signé par le gouvernement et les ex-rebelles. « L’accord d’Alger est un tout pour nous. A savoir, la réconciliation nationale, le confort de notre démocratie », a t-il déclaré avant d’administrer à la soirée ce qu’on peut appeler par son seul couac ; en interpellant le représentant de l’ex-rébellion, présent à la cérémonie. « Mais l’accord d’Alger, c’est aussi le respect de l’unité nationale. C’est pourquoi je déplore, tout à l’heure, quand le chant du Mali était entonné, que le président en exercice de la CMA, mon frère Sidi Brahim Ould Sidati se lève avec du retard et ensuite croise les bras de façon désintéressée. L’hymne national du Mali, c’est le chant du Mali ! Il est souhaitable que tous les Maliens le respectent ». A laissé entendre le tout nouveau ministre en charge de la diplomatie de notre pays.

André SEGBEDJI/abamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here