Nomination des chefs de village: le coup de projecteur de CRI 2002

L’arrêté N° 2018-2279/MATD-SG du 25 juillet 2018 déterminant les modalités de nomination des chefs de village, de quartier et de fraction était hier au cœur d’une Journée d’Engagements Publics pour le renforcement des capacités des autorités traditionnelles, coutumières et religieuses, organisée par CRI-2002, à la Maison des Aînés.

Élus communaux ; chefs et conseillers de quartiers ; organisations religieuses, de femmes ; RECOTRADE y ont pris part.

Le Président de CRI-2002, le Dr Abdoulaye SALL, a mis en exergue la place prépondérante qu’occupent les chefs de village, de fraction ou de quartier dans la construction de notre pays. Il fait valoir à cet effet qu’aucune des 8 missions confiées au Gouvernement de large ouverture n’est réalisable sans leur implication. Il s’agit de : assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national ; consolider l’unité nationale ; entreprendre des initiatives pour la valorisation des produits nationaux ; renforcer l’accès des populations aux services sociaux de base ; poursuivre les efforts dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation…

Pour sa part, le Coordinateur des chefs de quartier de Bamako, El Hadj Bamoussa TOURE, a remercié CRI-2002 pour son soutien constant à leur endroit. Il a souligné l’importance de la formation dispensée dans un contexte où les chefs de village ont à faire à une multiplicité d’interlocuteurs.

« Nous avons des connaissances parcellaires », a-t-il confessé, exhortant de ce fait les participants à être studieux.

M. TOURE a souligné l’importance pour les chefs de village d’être à équidistance des associations, tout en souhaitant que le dialogue politique annoncé soit source de stabilité et de cohésion sociale.

Le Maire de la CIV, Adama BERETE, a qualifié de spécial le jour d’hier, en ce qu’il est l’occasion de renforcer les capacités des chefs de village qui sont incontournables dans le développement.

Issa DEMBELE, Coordinateur scientifique de CRI-2002, a expliqué les modalités de nomination des chefs de village, de quartier et de fraction qui sont prévues par l’Arrêté N° 2018-2279/MATD-SG du 25 juillet 2018 aux articles suivants :

Article 2 : ‘’la désignation du Chef de village, de quartier, ou de fraction se fait selon les coutumes reconnues dans chaque localité.

Ces coutumes et traditions doivent être communiquées par le conseil de village, de fraction ou de quartier au représentant de l’État dans la commune ou dans le District qui dressera un procès-verbal signé par les membres du conseil’’.

Article 3 : ‘’sur la base du procès-verbal ainsi établi, le représentant de l’État dans la commune ou dans le District procède à la consultation des conseillers de village, de fraction ou de quartier en vue de requérir la proposition du village, de la fraction ou du quartier. À l’issue de la consultation, il transmet avec avis le dossier au représentant de l’État dans le cercle ou dans le District’’.

Article 4 : ‘’le chef de village, de fraction ou de quartier d’une commune urbaine de l’intérieur est nommé par décision du représentant de l’État dans le cercle après avis du conseil communal et du représentant de l’État au niveau de la commune.

Article 5 : ‘’le chef de quartier est nommé par décision du représentant de l’État dans le District, après avis du conseil communal concerné’’.

Les participants, après les échanges et discussions, ont formulé des recommandations.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here