Gestion des aménagements hydroagricoles : L’Office du Niger fera bientôt recette au bord de la Lagune Ebrié

Après le Royaume des Pays-Bas, la France, le Gabon, le Haut Conseil des Maliens de l’extérieur, l’Office du Niger a ouvert ses périmètres irrigués, le vendredi 24 mai 2019, à la Côte d’Ivoire à travers une délégation du Ministère ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural. Elle est venue s’inspirer du modèle malien en matière de gestion des aménagements hydroagricoles qui fera bientôt recette au bord de la Lagune Ebrié.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet des filières agricoles durables de Côte d’Ivoire (FADCI), une délégation du Ministère ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural a jugé nécessaire de se rendre à l’Office du Niger, le plus grand basin agricole de la sous-région, situé au Mali, en vue d’une rencontre d’échanges avec leurs homologues maliens qui, selon elle, ont « des compétences techniques et une solide expérience en matière de gestion des aménagements hydroagricoles ».

La délégation est composée de BINI Kouassi Kouman, coordonnateur du Projet FADCII, de TOZO N’Golodin Coulibaly, expert en infrastructure du Programme et d’Okou Zago Paul, Conseiller technique au Ministère ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural, la délégation Ivoirienne était accompagnée de Réléwindé Justin Kaboré, Chef de Projets du bureau d’étude CIRA SAS (Conseil ingénierie et recherche appliquée), Chef de file du groupement des bureaux d’ingénieurs conseils en charge du projet en question.

Elle a eu, dans un premier temps, une séance de travail avec le Président Directeur Général de l’Office du Niger, Dr Mamadou M’Baré Coulibaly, entouré de son staff technique à Ségou. Dans la salle de conférences de la direction, les échanges ont porté sur : les potentiels, les opportunités, les défis et contraintes, les modes de tenure des terres, le Contrat-Plan : Etat-Office du Niger et Exploitants agricoles et enfin les relations avec les institutions financières. Avec textes et images à l’appui, le PDG et ses collaborateurs ont répondu à toutes les questions des hôtes du jour avant une visité de terrain guidée par le Directeur général adjoint, Djimé Sidibé.

Le Pont-Barrage de Markala, considéré comme la porte d’entrée de l’Office du Niger, fut la première étape de la visite de terrain où la délégation ivoirienne a été largement informée sur le mécanisme d’irrigation des périmètres de l’Office du Niger. Ensuite, ce fut le tour de certains chantiers d’aménagement en cours. Notamment à M’Bèwani les 3.000 ha (500+2500 ha) à aménager où l’entreprise EGKA, sous l’autorité d’Oumar Bathily et le Bureau de contrôle de Scet-Mali sous les auspices de Abdoulaye Mounkoro, Chef de mission et de son aménagiste Isak Sangaré sont en train de faire un travail assez remarquable en domptant la nature au profit des exploitants agricoles et pour le bien-être des citoyens. Cela sous la supervision du Directeur des aménagements et la gestion du foncier, Hamadoun Sidibé qui faisait également partie de la visite. Sur le terrain, il a partagé son expertise et sa riche expérience avec les hôtes du jour.

Pour BINI Kouassi Kouman, coordonnateur du Projet FADCI « cette mission à l’Office du Niger a été utile. Elle va nous (cadres du Ministère ivoirien de l’Agriculture et du Développement rural. Ndlr) être assez utile dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie nationale de gestion des aménagements hydroagricoles, afin de permettre la pérennisation des investissements consentis par l’Etat ivoirien dans le domaine de l’irrigation et réduire les risques du changement climatique ».

A la fin de la mission, le Directeur général adjoint de l’Office du Niger, Djimé Sidibé a assuré la délégation ivoirienne de la disponibilité de son entreprise à accompagner Projet FADCI dans la gestion de ses aménagements hydroagricoles.

Source : SCOM/ON

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here