INSECURITE : Les bandits font encore la loi à Bamako

Dans la nuit du mardi à mercredi dernier, un jeune homme s’est fait froidement abattre à bout portant par des bandits opérant dans le quartier de Mamaribougou, dans la commune rurale du Mandé. Les malfrats ont ainsi repris du service dans les quartiers périphériques de Bamako et dans les localités proches de la capitale. Le grand nettoyage du ministre de la Sécurité, le général Salif Traoré, n’aura duré que le temps de quelques descentes musclées.
Le jeune tué à Mamaribougou a été agressé dans une zone connue pour être le nid de petits délinquants. La victime qui était à moto avait été braquée aux environs de 22 heures au niveau du terminus de Mamaribougou. Face à la résistance de la victime qui a refusé de céder sa moto Jakarta, selon des témoins, les bandits ont fait usage de leur arme à feu ; et tout le voisinage avait entendu les trois coups de feu qui ont emporté la vie du jeune homme.
L’attaque ayant eu lieu non loin de la voie goudronnée, les gens ont accouru sur les lieux, mais deux des trois braqueurs ont réussi à fuir. Celui qui a tiré à bout portant sur le jeune homme n’a pas eu la chance de s’échapper, sans nul doute paniqué. Il a été battu à mort par la foule qui l’a aussitôt brulé à en croire des témoins.
Hors de cette localité, dans la ville de Koulikoro, le week-end a été marqué par la nouvelle de l’assassinat d’une jeune dame. La victime qui faisait le transfert d’argent d’Orange Money a perdu la vie suite à une agression qui a l’air d’un acte crapuleux selon des témoins. Les enquêtes détermineront les causes de son décès, mais tout le monde s’accorde à dire que ce sont des bandits qui ont porté atteinte à sa vie.
Ces cas ne sont que quelques exemples du retour du grand banditisme après les opérations de ratissage que le ministre de la Sécurité intérieure avait ordonné. La question est de savoir pourquoi les lieux dits criminogènes par les spécialistes ne font plus l’objet de descentes par les forces de sécurité. Il ne fait plus aucun doute que les hommes sous l’autorité de Salif Traoré connaissent où se cachent ces bandits.
La preuve a été donnée il y a quelques mois, les descentes avaient permis de mettre aux arrêts des centaines de malfrats dont des criminels longtemps recherchés. Après un moment d’accalmie, ces bandits refont surface en tuant régulièrement des citoyens sans défense dans des endroits connus pour leur insécurité, et surtout à des heures où on s’attend moins à des agressions criminelles.
Dougoufana Kéita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here