Réponses humanitaires au Mali : Les activités de Médecins Sans Frontières (MSF) intensifiées malgré le contexte sécuritaire difficile

Dans le contexte de crise grandissante MSF, qui suit quotidiennement l’évolution des besoins dans le pays grâce à la présence de ses équipes sur le terrain, un système de gestion des alertes et des missions d’exploration/évaluation, a intensifié depuis mai 2018 ses activités de réponses aux urgences, principalement dans le centre

Ces informations ont été mises en lumière par l’équipe de MSF-Mali, le 8 juin dernier. C’était à la faveur de son traditionnel Café de presse avec ses médias partenaires. Cette rencontre avait comme objectifs de présenter les activités de réponses aux urgences MSF depuis mai 2018, mais aussi de mettre en lumière sur la situation humanitaire dans le pays. Elle a également permis d’éclairer la lanterne des journalistes sur les multiples activités de cette organisation humanitaire au Mali.MSF est une organisation médicale humanitaire internationale qui vient en aide aux populations en détresse et fournit des soins de santé gratuits aux plus vulnérables. Son assistance est guidée par l’éthique médicale et les principes d’impartialité, d’indépendance et de neutralité. Très actif au Mali depuis 1995, MSF mène d’intenses activités dans plusieurs localités, notamment à Ansongo, Douentza, Kidal, Koutiala et Tenekou. Malgré le contexte sécurité difficile, Médecins Sans Frontières au Mali a intensifié ses actions. Ainsi, à en croire le chargé de communication de; M. Lamine Keita, de mai 2018 à juin 2019, MSF-Mali a multiplié les interventions d’urgences principalement dans la région du centre afin de répondre aux importants besoins des populations. L’augmentation du volume de ses opérations reflète la capacité, et la préoccupation de MSF de toujours porter assistance aux plus vulnérables.

Pour les acteurs de cette organisation basée au Mali, cette augmentation est également le triste indicateur d’une situation humanitaire alarmante qui se dégrade de jour en jour. Dans ce contexte de crise grandissante MSF, qui suit quotidiennement l’évolution des besoins dans le pays grâce à la présence de ses équipes sur le terrain, un système de gestion des alertes et des missions d’exploration/évaluation, a intensifié depuis mai 2018 ses activités de réponses aux urgences, principalement dans le centre.

Les activités ponctuelles de réponses aux urgences depuis mai 2018 a concerné plusieurs localités du nord et du centre.

A Gao, en mai 2018. MSF a procédé à une distribution de kits NFI, réalisé des consultations médicales et apporté un soutien psychologique à plus de 500 migrants parmi les 1000 expulsés d’Algérie et ayant trouvé refuge dans la ville de Gao.

A Tina-Hama – juillet 2018, MSF a déployé une équipe médicale et logistique pour la prise en charge des déplacés en leur apportant un soutien psychologique, médical et en distribuant des kits NFI.

A Simbi – août 2018, suite à une mission exploratoire dans le village Simbi répondant à une alerte médicale, MSF a envoyé une équipe pour la prise en charge des nombreux cas de paludisme et la vaccination des enfants contre la rougeole.

A Mondoro – août 2018, une alerte médicale faisait état d’une vingtaine de morts dans la région de Mondoro. MSF s’est rendu sur place et a déployé une action d’urgence pour la prise en charge de 66 patients souffrant de graves carences dues à la malnutrition.

A Kanaye – septembre 2018, MSF a été alertée de la présence d’un grand nombre de déplacés ayant fui les conflits dans la région de Ménaka pour se réfugier dans la commune de Kanaye à Kidal. MSF a mobilisé une équipe explo/action pour évaluer les besoins humanitaires et fournir des soins de santé primaires.

A Mamba – novembre 2018, le village de Mamba, situé non loin de Diafarabé dans le cercle de Ténenkou, a été attaqué par des hommes armés faisant une dizaine de morts. Plusieurs déplacés ont trouvé refuge dans des concessions familiales à Diafarabé et manquaient des soins de santé. A quelques heures après les événements, MSF a dirigé une équipe mobile médicale pour apporter les premiers soins de secours aux blessés.

A Ogossagou – avril 2019, suite au massacre du village d’Ogossagou dans le centre du pays, MSF a déployé une équipe afin de continuer à évaluer la situation sur place, malgré l’intervention d’autres ONG. Les besoins étant encore énormes, principalement en termes d’assistance sanitaire et santé mentale, MSF a déployé des soins à domicile ainsi que des consultations psychosociales.

A Mondoro – mai 2019, MSF a distribué des kits NFI et déployé une assistance médicale et psychosociale aux déplacés ayant fui les attaques du village de Bouldé. MSF a également envoyé une clinique mobile dans le village voisin de Banai, victime également d’une attaque. A Tina-Hama – mai 2019, MSF a apporté assistance au 2000 déplacés ayant fui le village d’Amalawlaw et ses alentours. Les équipes ont fourni des soins médicaux et distribué des kits NFI aux populations vivant pour la plupart dans des habitations de fortunes.

D. KOURIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here