Mali –Côte D’ivoire 0-1 : Le mauvais coaching de Mohamed Magassouba

Les Eléphants de la Côte d’Ivoire dominésquasiment durant tout le match par les nôtres , faisant preuve de plus de réalisme brisent les espoirs de toute une nation et du coupobtiennent leur billet pour les quarts de finale. Le réalisme a payé en marquant cet unique. Véritable hold-up, on dira. Les ivoiriens rencontreront les algériens

Les Aigles pouvaient scorer six fois sans que l’on ne crie au scandale. Les jeunes engagés à bloc pour hisser très haut dans cette fête du football africain le drapeau malien, n’ont pas démérité face à cette formation expérimentée.

Nous avons des jeunes talentueux, engagés et intrépides qui pouvaient jouer le coup en remportant la victoire. Hélas, il était peut-être écrit quelque part que cette formation n’était prête pour briser le signe indien.

Le duo de récupérateur Samassékou et Haïdara ont alimenté l’attaque qui a assez tergiversé au moment de frapper dans le but.

Des regrets, il y’en aurait pour nos enfants qui onttergiversé, manqué de lucidité devant le but adverse et aussi et surtout du mauvais coaching du directeur technique faisant office d’entraineur.

Lors de la 3ème journée contre la Tunisie, les changements opérés pendant la seconde mi-temps n’ont pas été à la hauteur des attentes. On a vu un football décousu et qui ne ressemble pas à celui des Aigles.

L’entrée des deux Adama jouant du pied gauche et Kalifa Coulibaly n’a apporté rien de positif. La sortie du capitaine Diaby a été saluée par l’entraineur ivoirien qui va vite exploiter cet impair de Magassouba.

Avec un milieu dégarni par cette sortie et l’entrée de trois gauchers au niveau de l’attaque, on se pose des questions sur les capacités de bonne lecture de l’entraineur.

Loin de nous l’idée de le discréditer. On a coutume de dire : « qui aimebien , châtie bien ». Et l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Moussa Maréga , en aucun moment n’a pu se défaire de la défense adverse et scorer au grand bonheur des mordus du ballon rond. Quel type d’attaquant ?

Question : Dans son club, Maréga brille mais en sélection nationale ,il ne marque pas. Est-ce à dire que Magassouba ne sait pas comment exploiter cet attaquant ? Combien d’occasion, il a raté depuis le début du tournoi. Nous nous demandons sur sa présence dans cette formation. Le Mali doit chercher un attaquant qui sait dribler et marquer.

L’attaque au lieu de faire un jeu collectif, a fait preuve d’individualisme exagéré. Du milieu à l’attaque chacun voulait faire son numéro devant un entraineur médusé, incapable de rappel à l’ordre et defermeté.

Pour ce qui concerne la défense, toutes nos félicitations. Elle a joué sa partition en défendant et en appuyant l’attaque animée par Moussa Maréga.

N’eut été ce mauvais coaching de la seconde période, le Mali pouvait gagner ce match. Malheureusement que peut-on obtenir d’un entraîneur limité ? Rien que des erreurs.

Ce match était celui de Moussa Doumbia qui a été retenu sur le banc des remplaçants.

Après cette fin de course consécutive à des mauvais changements, le ministère de la jeunesse et des sports et la nouvelle fédération malienne de football qui verra le jour bientôt, se doivent de trouver un bon entraineur et un bon directeur technique. Les juniors de même que les seniors ont de tout temps brillé se basant sur leurs valeurs intrinsèques et non l’exploit d’un entraineur. Pour ces deux catégories de joueurs, il urge de chercher un vrai entraineur qui s’appuiera sur des jeunes talentueux pour remporter la prochaine. Un attaquant qui ne sait pas dribler, qui ne sait pas scorer ne doit être appelé en sélection.

Félicitations à nos Aigles qui ont mouillé le maillot. Félicitations aussi aux Eléphant qui ont fait preuve de réalisme. Il fallait un vainqueur et ce n’est pas la fin du Monde.

La rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here