Privation des droits d’accès à l’AMO en CII: les agents interpellent le maire Aba Niaré

Les agents de la mairie de la commune II du district de Bamako sont privés, depuis des mois, de leur droit d’accès aux services de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO). Cet état de fait et le retard de payement des salaires font l’objet de préoccupation chez les travailleurs de cette collectivité, depuis quelque temps.
Selon nos sources, les travailleurs décident de manifester leur indignation, à travers un arrêt de travail dans les jours à venir si les conditions n’étaient pas améliorées.

S’agissant de la privation des droits à l’AMO, selon nos sources, il y a des mois que des agents de la mairie de cette ne bénéficient pas leur droit à l’Assurance maladie Obligatoire (AMO). Cette privation des droits à l’AMO, selon un conseiller municipal, date depuis à peu près d’un an. Les raisons de cette privation, poursuit un conseiller, constituent un non-respect de l’engagement de la mairie aux travailleurs, il y a des mois. Il nous revient, selon des sources concordantes que ce 8 juillet 2019 lundi, une délégation de l’Assurance Maladie Obligatoire a finalement rencontré le maire, à la mairie, par rapport à ce sujet. Pourtant, selon certains agents, les retenues en faveur de l’AMO sont faites sur les bulletins de tous des salariés, tous les mois. Malgré tout, depuis très longtemps, ces mêmes agents ne profitent pas de ce droit à l’Assurance Maladie Obligatoire. Pour des travailleurs, cet argent prend une destination inconnue. Toute chose qui crée aujourd’hui la cacophonie entre les travailleurs de la municipalité et le maire, Check Aba Niaré.

Concernant le retard des salaires, un responsable du comité syndical nous a fait savoir que les travailleurs n’ont pas encore perçu leur salaire du mois de juin dernier. Un retard qui inquiète beaucoup le comité syndical, selon ce responsable du comité syndical qui a voulu requérir l’anonymat.

Il a rappelé que le non-payement de trois mois de salaires avait créé le divorce entre les agents et le maire, manifesté par le déclenchement d’une grève illimitée.

Au sein du personnel de la mairie de la CII du district, l’on s’interroge sur les véritables motifs de ce retard, puisque la municipalité encaisse régulièrement ses taxes et impôts dans la commune. Il se murmure dans les coulisses, une mauvaise gestion des fonds de la mairie par l’équipe place, dirigée par le maire Cheick Aba Niaré.

À titre de rappel, suite à un retard de trois mois (novembre, décembre 2018 et de janvier 2019), les travailleurs de la mairie avaient organisé des manifestations, dont des assemblées générales d’information dans la salle de délibérante de la mairie. Les rencontres avaient conduit les travailleurs à décréter une grève illimitée qui avait commencé le 04 février 2019. Cette grève illimitée avait persisté jusqu’au payement des arriérées en souffrance.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette situation n’honore guère une grande municipalité à l’image de la CII du district qui regorge suffisamment de possibilités pour l’amorce de son développement.

PAR SABA BALLO

Source : INFO-MATIN

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here