Aigles du Mali : Pourquoi Mohamed Magassouba doit être viré !

18

C’est au grand stade de Suez que le parcours des Aigles a pris fin le 8 juillet dernier, après s’être incliné face aux Eléphants de Côte d’ivoire par le score d’un(1) but à Zéro(0). But marqué à la 76 ème minute de jeu par wilfried Zaha, contre le cours du jeu.
Pourtant, le capitaine Abdoulaye Diaby et les siens avaient largement dominés la rencontre surtout pendant la première période. Les Eléphants ont été coincés dans leur dernier retranchement par la forte pression des Aigles. Mais la sortie coup sur coup de Abdoulaye Diaby et Hamadou Haidara par le sélectionneur Mohamed Magassouba a donné un nouveau souffle aux Ivoiriens qui ont su profiter d’un contre pour prendre l’avantage et cela jusqu’au coup de sifflet final.
En effet, les Aigles du mali avaient bien débuté la rencontre en pressant les éléphants dans leur camp. Visiblement on voyait l’engagement, la détermination et la rage de vaincre chez les hommes de Mohamed Magassouba. Cela s’est fait grâce à un milieu de terrain bien organisé autour d’Hamadou Haidara et d’Abdoulaye Diaby, le tout couronné par un mouvement d’ensemble des deux latéraux avec les remontées du virevoltant ailier, l’infatigable Moussa Djénépo. Ce qui a posé d’énormes difficultés à la défense Ivoirienne qui, disons-le, a commis beaucoup de fautes dans son propre camp. Pendant la première période les Aigles du Mali ont eu beaucoup de balles de but sans pourtant trembler le filet de Sylvain Gohou. Malgré les multiples errements des Eléphants, Moussa Marega et les siens n’ont pas pu profiter pour trouver la faille. C’est avec 10 tirs contre 2 pour les éléphants et 2 corners contre zéro que les deux formations ont regagné les vestiaires en première mi-temps.
Quelle mouche a piqué le sélectionneur des aigles ?
Les aigles étaient revenus des vestiaires avec le même engagement, la même détermination et la même rage de vaincre et cela jusqu’au moment le sélectionneur Mohamed Magassouba procèdait à la sortie d’Abdoulaye Diaby et Hamadou Haidara dans les 20 premières minutes de la seconde période.
Ces deux remplacements, faut-il le dire, ont fragilisé le milieu de terrain des Aigles, ce qui a donné la confiance aux Ivoiriens qui ont commencé à sortir un peu de leur camp en menant quelques contre-attaques. Et le pire est arrivé pour les nôtres dans les 15 dernières minutes de la fin du match. Sur un long ballon balancé dans la défense malienne, la défense axiale a commis l’erreur de se mettre sur la même ligne. Et le ballon va les survoler pour tomber dans les pieds de Zaha qui n’était pas hors-jeu ; lequel contrôle du plat de pied avant de battre le portier Djigui Diarra à la 76ème minute.
Mohamed Magasssouba, responsable de la défaite!
N’ayons pas peur de le dire. L’entraîneur des Aigles, Mohamed Magassouba a été pour beaucoup dans cette défaite des Aigles face aux Eléphants. Son coaching, disons-le, tout de suite, a été fatal pour l’équipe du Mali avec des changements qui n’avaient pas lieu d’être. En sortant le capitaine Abdoulaye Diaby et Amadou Haïdara, Mohamed Magassouba, a considérablement diminué les Aigles qui, pourtant étaient bien en place et contrôlaient le match en dominant littéralement leur sujet. D’aucuns diront certainement de foutre la paix à Magassouba, vu les nombreuses occasions manquées par nos attaquants, en particulier, Moussa Marega. Ce qui n’est pas faux. Mais, ce qu’il faut aussi savoir, c’est que, vu la physionomie du match, les Aigles du Mali pouvaient encore se créer d’autres occasions de but si les deux joueurs en question étaient sur le terrain. Vu le match qu’ils étaient entrain de faire, ces ceux-là, pouvaient marquer des buts à tout moment. Diaby et Haidara ont été d’ailleurs au départ de plusieurs occasions de but ratées. Magassouba n’est pas sans savoir que, quand on fait des changements, c’est pour apporter un plus à l’équipe. Et non la diminuer comme il l’a fait. Et de surcroit en face d’une équipe expérimentée comme la Côte d’Ivoire. Si changement, il devait y avoir, c’est Moussa Marega, à nos yeux qui devrait être remplacé. L’attaquant des Aigles a manqué de réalisme devant les buts. Khalifa Coulibaly, lui aussi, entré dans le dernier quart-d’heure, n’a pas eu l’impact souhaité. Sur ce match là, Mohamed Magassouba, même s’il ne le dira jamais, a sans doute regretté un certain Adama Niane (qu’il a exclu du groupe suite à une altercation verbale que ce dernier a eu avec le capitaine Diaby pour une histoire de place devant le coiffeur). L’attaquant de Charleroi en Belgique, s’il était là, aurait été la dernière et ultime munition de Mohamed Magassouba en attaque. Qui sait si le salut pouvait venir de lui ? Personne ! Qu’on l’aime où pas, le meilleur buteur du championnat de ligue 2 en France en 2017, est un talent. Qu’on se le dise, Mohamed Magassouba a eu tort de se passer de lui. Quelque soit la situation, Magassouba pouvait, tout au moins, selon plusieurs observateurs, l’écarter du groupe pour quelques jours en guise de sanction. Mais bon ! Folie de grandeur, quand tu nous tiens ! D’ailleurs, toujours à propos de l’exclusion de Niane, beaucoup d’observateurs pensent que le coach a été irresponsable. Ils estiment que, si sanction, il devait y avoir, il aurait dû sanctionner les deux joueurs (Diaby et Niane). Pour revenir à Mohamed Magassouba, la CAN terminée, reste maintenant a évoqué l’avenir de l’Homme à la tête des Aigles. Doit-il ou non resté à la tête des Aigles ? Non, pensent beaucoup d’observateurs qui trouvent Magassouba trop limité pour entraîner ces jeunes talents.
Magassouba doit être viré : Les raisons
Commençons d’abord par cet échec à la phase finale de la CAN Egypte 2019. Les Aigles du Mali se sont vus éliminés au stade des 1/8 de finale de la compétition. Ce qui est incompréhensible pour beaucoup vu le talent des joueurs qu’il avait à sa disposition. L’objectif à lui fixé n’a pas été atteint. Autrement dit, l’homme n’a pas fait mieux que son prédécesseur, Alain Giresse qui a joué les ½ finales de la CAN avec les Aigles. La logique voudrait dans un premier temps que celui-là même qui touche environ 15 millions de FCFA comme salaire, démissionne de lui-même suite à cet échec. Il ne l’a pas fait et il ne le fera certainement pas. La responsabilité revient donc aux autorités sportives de le démettre de ses fonctions. Un autre argument qui devrait pousser Magassouba à la sortie, c’est qu’il a montré à la face du monde toutes ses limites à travers un coaching désastreux qui a conduit à la perte des Aigles. Pire, l’homme a aussi démontré qu’il n’a pas les qualités d’un meneur d’Homme suite aux incidents entre le capitaine Diaby et un de ses coéquipiers. En excluant un de ses joueurs, Magassouba, pensait avoir pris la bonne décision. Ce qui n’a pas été le cas, puisque, apprends-ton, le vestiaire a pris un terrible coup suite à sa décision d’exclure un de leur camarade. Les joueurs auraient même menacé de plier bagages. Voilà un événement malheureux qui est resté sous silence. Ce qui a eu des incidences négatives sur le groupe, en particulier le capitaine Diaby qui a livré au lendemain de l’incident, un match catastrophique face à la Tunisie. D’autres exemples sont là pour étayer nos propos. Revenons un peu en arrière, c’est-à-dire, avant la CAN :
Les cas Mamadou Samassa, et Yves Bissouma .
Commençons par le gardien de l’Estac Troyes, Samassa, à qui , Magassouba a confié qu’il ne lui garantissait pas une place de titulaire. Du coup, le jeune gardien a refusé de rejoindre la sélection. Lui, qui, logiquement peut prétendre à une place de titulaire, vue la forme qu’il a affiché avec le titre de meilleur gardien cette saison en ligue 2 française. Contrairement à un Djigui Diarra, qui n’a aucune compétition dans les jambes. A vrai dire, de tels propos ne devaient pas sortir de la bouche d’un bon meneur d’Homme au sens réel du terme. Magasssouba devrait trouver les mots appropriés pour convaincre le joueur, plutôt que de se donner à des échanges de mots peu courtois à l’adresse de Samassa. Par rapport à Yves Bissouma, l’on a fait savoir que ce dernier ne pouvait pas aller à la CAN parce que son club a voulu qu’il subisse une opération à l’épaule pour soigner une blessure qu’il traine depuis. Ils sont d’ailleurs nombreux à se poser la question de savoir pose la question de savoir : pourquoi ce dernier était alors sur la liste des 27 joueurs pré-sélectionnés ? Eh bien ! Nous avons la réponse. Selon des sources proches de l’encadrement technique, c’est pour éviter la colère des supporters, voire ne pas attirer leur attention sur lui, qu’il(Magassouba) a mis Yves Bissouma sur la liste. Selon, ces derniers, il savait pertinemment que Bissouma ne viendrait pas au regard de la tension qui règne entre les deux. Yves Bissouma n’aurait pas apprécié d’être remplacé au cours d’un match des Aigles, disputé ici à Bamako et comptant pour les éliminatoires de la CAN qui se déroule actuellement en Egypte. S’en est suivi donc une tension entre les deux hommes. Et depuis lors, Mohamed Magassouba n’a pas trouvé les mots pour ramener le gamin à la raison. Au contraire, le papa qu’il est, se livre à un bras de fer avec ce dernier. Comme quoi, c’est lui le patron et c’est lui qui décide. Cher Magassouba, ce n’est pas comme ça qu’on gère une équipe nationale. Et de surcroit quand on a en face de soi des ‘’gamins’’. Bref, ça fait beaucoup. Voilà autant d’arguments sportivement parlant qui suffisent à le démettre de ses fonctions, et dénicher au plus vite un coach à la dimension de ces jeunes talents. Nous reviendrons dans nos prochaines parutions sur son parcours, son salaire, ses relations tendues avec la Femafoot.
Amadou N’djim

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here