Le Mali présenté comme un Etat en faillite: Le dessein inavoué d’IBK et son fils Karim

La survie d’un pays réside dans son outil de défense. Le Mali est un pays en guerre. Mais chose incompréhensible, le Président de la République, de surcroit le chef suprême des armées, s’est permis de déclarer dans une interview accordée au magasine Jeune Afrique ce qui suit : ‘’les hélicoptères demeurent toujours cloués au sol depuis leur acquisition, faute de maintenance’’. A sa suite, son fils Karim Kéita, non moins président de la commission défense de l’Assemblée nationale de marteler : « Les hélicoptères que nous avons achetés ne peuvent plus voler ; ça marchait au début mais vraisemblablement on a un problème d’entretien depuis l’achat. Je me demande si on n’a pas été floué à l’achat ». Quel est réellement l’objectif visé à travers cette mauvaise communication ? IBK et son fils cherchent finalement quoi en présentant le Mali comme Etat en faillite aux yeux de nos ennemis ? Voilà autant de questions qui ont leur pesant d’or.
Dix mois après sa réélection à la magistrature suprême du pays, IBK a démontré qu’il est incapable de sortir le Mali de la crise. Pis, il a étalé un Mali pitoyable, impuissant, assisté, rien de plus. Cela n’est-il pas une preuve de haute trahison ? Le Président de la République du Mali a trahi les Maliens au nom des intérêts français.
Il est nécessaire de faire l’audit de la gestion des 1.230 milliards de FCFA milliards de FCFA débloquée dans le cadre de la loi de programmation militaire. Il est important de rappeler que malgré les problèmes connus du super PUMA, le Mali commande quand même l’hélicoptère et reçoit son premier appareil le 17 octobre 2016, dix jours après la levée de l’interdiction de vol par l’AESA. Il s’agit d’un modèle d’occasion qui a coûté 3.87 milliards de FCFA auprès d’Airbus Hélicoptères. Un deuxième exemplaire est commandé auprès de Vector Arospace Financial Services Ireland Limited, qui était en ce temps une filiale d’Airbus Group. Ce deuxième exemplaire, également un modèle d’occasion, a coûté 3.46 milliards de FCFA et livré au début de l’année 2017. Et Chose bizarre, cet appareil a été payé non pas par transfert bancaire, mais en cash.
Au total, c'est une bagatelle de 7.33 milliards de FCFA qui s’est volatilisée dans la nature, sans aucune trace, quand le chef suprême des armées nous informe dans son interview (JA du 30 Juin 2019) que les deux hélicoptères demeurent toujours cloués au sol depuis leur acquisition faute de maintenance. Et son fils Karim Kéita, président de la commission défense de l’Assemblée nationale le confirme : « Les hélicoptères que nous avons achetés ne peuvent plus voler ; ça marchait au début mais vraisemblablement on a un problème d’entretien depuis l’achat. Je me demande si on n’a pas été floué à l’achat ».
Il est désormais clair que malgré l'insécurité grandissante, les milliards (1230 milliards de FCFA) destinés à l'armée malienne dans le cadre de la Loi d’orientation et de programmation militaire ont été détournés par quelques individus retranchés derrière le secret-défense. Comment voudriez-vous que le soldat malien se sacrifie pour sa patrie si les décideurs politiques en charge des questions sécuritaires continuent à dilapider les 22% du budget national dédié aux FAMa ?
Comment voudriez-vous que nos partenaires puissent nous respecter en s'engageant à fond pour nous aider dans la résolution de cette crise si nous continuons à vouloir vivre de la crise depuis près de deux décennies ?
En tout cas, on dirait que le dessein inavoué est qu’on cherche à tout prix à ligoter et livré le Mali à ses ennemis. Il est temps que les Maliens se réveillent avant qu’il ne soit trop tard.
Tientigui

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here