« Awn Ko Mali » se Prononce : Non à un dialogue national bâclé !

La Plateforme « AWN KO MALI » composée d’organisations de la Société Civile et des Partis politiques  a organisé, le samedi 27 juillet 2019,  une conférence débat. Objectif : se prononcer sur le dialogue national  et aussi sur les  défis sociopolitiques et sécuritaires du Mali. Pour les responsables de la nouvelle plateforme, il n’est pas question pour eux de prendre part à un dialogue national bâclé et qui ne sera que de la poudre aux yeux des maliens.

Depuis le début du mois de juin, de nombreux partis politiques comme FARES, CNID  associations, FOSC, FSD avec d’autres organisations comme ADEMA-ASSOCIATION et le CSTM ont initié une série de rencontres sur l’ensemble des maux qui touchent actuellement notre pays. Le but de ces échanges était de s’accorder sur une même vision concernant les défis actuels et de parler d’une même voix pour la défendre devant l’opinion nationale et internationale. C’est dans cette dynamique  que la plateforme « AWN  KO MALI » a organisé une conférence débat, le samedi dernier. Au menu de cette rencontre : affirmer sa position sur de multiples sujets mais particulièrement sur le processus du dialogue politique en cours. La conférencière, Mme Sy Kadiatou Sow a déclaré leur volonté de créer un large front pour le Mali. Elle a donc lancé un appel à toutes forces vives du pays à les rejoindre dans ce combat.

Si la plateforme adhère à l’initiative d’un dialogue national inclusif, elle  émet  de sérieuses réserves sur la démarche actuelle du gouvernement.

Selon la présidente de l’Adema association, Mme Sy Kadiatou Sow, la démarche du gouvernement manque d’inclusivité : « Dans la mesure où le travail à commencer on a mis la charrue avant le bœuf. C’est important que le processus en lui-même soit inclusif, que les gens aient confiance en le processus. Parce que si dès le départ les gens n’ont pas confiance, on risque de rater le dialogue. La crainte est qu’aujourd’hui, si le gouvernement seul élabore les TDR, définit le mode opératoire, la durée, les participants et désigne ceux qui sont chargés de la conduite du dialogue, il y a des fortes chances que le processus soit biaisé ».

Pour un dialogue véritablement inclusif, la Présidente de l’Association ADEMA  souhaite  une plus grande implication de  toutes les couches sociales; « il faut associer toutes les forces vives sans exclusive et mettre au centre du débat, sans tabou, toutes  les préoccupations nationales », a indiqué Mme  Sy.

Pour le président du forum  des organisations de la société civile (FOSC) ; la démarche doit être ascendante, « le dialogue  devrait préalablement être préparé à travers les concertations au niveau communes, cercle et région. Dans cette optique  la tenue du dialogue  à notre avis doit être précédée par  la définition des thématiques à aborder. Et ce, par l’ensemble des acteurs ; Toute chose qui confortera l’approche processus dont il est question », souligne le président du FOSC.

Par ailleurs,  il  précise  que la démarche méthodologique du dialogue national inclusif, doit être conçu de manière participative y compris en impliquant l’ensemble des parties prenantes et non de manière unilatérale par les acteurs gouvernementaux.

En clair  pour les membres de la plateforme « AWN KO MALI »,  le travail en amont, au cours et en aval devrait être effectué par l’ensemble des acteurs sociopolitiques. Les dispositifs  dédiés à la gestion du  processus et à la mise en œuvre et le suivi des résolutions doivent être totalement indépendants soustraits à toute influence politique.

S’agissant des réformes institutionnelles, la position de la  plateforme est sans  équivoque   «  le dialogue national inclusif doit être de ne pas présumer des réformes institutionnelles et de considérer au contraire le dialogue national inclusif comme le préalable à toute réforme institutionnelle. Il appartient aux parties prenantes au dialogue national inclusif de convenir eux-mêmes au préalable sans contrainte ni directive quelconque des réformes institutionnelles nécessaires, et de toutes autres préoccupations majeures des populations »  déclare  Bakary Doumbia.

Mémé Sanogo

 

 

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here