Dialogue national inclusif : La plateforme ANW KO Mali rejette le processus « unilatéral » d’IBK et propose une démarche ascendante

A travers une conférence débat qu’elle a tenu le samedi 27 juillet 2019, sur le thème : «Les enjeux du Dialogue national inclusif », la plateforme ‘’ANW KO Mali’’ a rejeté le processus du dialogue tel qu’engagé par IBK,  tout en le qualifiant d’ « unilatéral » et recommandé la tenue d’un Dialogue national inclusif ouvert à l’ensemble des fils du pays et  qui va toucher à toutes les questions. C’était à la Pyramide des souvenirs sous l’égide de Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de ladite plateforme.
La plateforme ANW KO Mali n’adhère pas au Dialogue politique inclusif du président de la République. Elle estime que le Dialogue tel qu’entamé par le régime en place est « unilatérale » et pose déjà les prémices d’un échec. Mme Sy Kadiatou Sow, la présidente de la plateforme ANW KO Mali a, dans son intervention, pointé du doigt les insuffisances du processus entamé par IBK. Pour elle, c’est un processus déjà  avorté.
La plateforme ANW KO Mali ne s’est pas limité au simple rejet du Dialogue tel qu’entamé par IBK. Elle a formulé des recommandations sur le format, le contenu, les acteurs, la démarche, la durée, les résolutions et la  mise en œuvre du Dialogue national inclusif. Pour cette plateforme, le Dialogue national inclusif devrait permettre de dégager des perspectives solides de sortie de crise et restaurer la confiance entre les Maliens, et les citoyens et leurs dirigeants.
Une démarche ascendante demandée
La plateforme de Mme  Sy Kadiatou estime que le succès du Dialogue national inclusif dépend du peuple malien. Le processus ne doit  pas, selon cette plateforme, être unilatéral ;  Il doit commencer  de la base au sommet. « La démarche doit être ascendante, c’est-à-dire que le dialogue devrait préalablement être préparé à travers les concertations au niveau des communes, cercles et régions », affirme la conférencière. Aussi, estime-t-elle  que la démarche méthodologique du Dialogue national inclusif doit être conçue de manière participative toute en impliquant l’ensemble des parties prenantes. «Elle ne doit pas être menée de manière unilatérale par les acteurs gouvernementaux », laisse entendre Bakary Doumbia , un des conférenciers et membres de la plateforme ANW KO Mali, avant de déplorer que le processus tel qu’engagé par IBK est « unilatéral ». 
La dimension nationale, politique, économique et sociale du dialogue souhaitée
Pour les conférenciers, le  dialogue doit être national.  Il doit aussi avoir une dimension nationale, politique, économique et sociale. Ce n’est pas tout, le dialogue doit,  à en croire Mme Sy et ses camarades, traiter tous les sujets d’intérêt national et regrouper tous les acteurs. « Son format doit etre décidée de manière partagée ; il doit être un processus dont l’aboutissement verra également la participation des acteurs round à Bamako », a déclaré M. Doumbia.  C’est à travers cela que les Maliens pourront dire ce qu’ils veulent, selon la plateforme ANW KO Mali.
Le contenu du dialogue que  recommande la plateforme ANW KO Mali
Pour cette plateforme, pour une sortie de crise, le dialogue doit aborder toutes  les problématiques d’intérêt national. « Il ne s’agit pas de traiter quelques problèmes qui règlent les soucis des tenants du pouvoir, et dont la mise en œuvre des solutions ne conduirait le pays dans une nouvelle impasse », préviennent les membres de la plateforme ANW KO Mali. Très mobilisée contre la révision de la constitution, la coalition de Mme Sy Kadiatou Sow déjoue le plan d’IBK tout en précisant : « l’un des principes cardinaux du Dialogue national inclusif doit être de ne pas présumer des réformes institutionnelles et considérer, au contraire, le Dialogue national inclusif comme le préalable à toute réforme institutionnelle ». 
Les participants et la durée du Dialogue national inclusif
La plateforme ANW KO Mali insiste sur l’inclusivité du dialogue pour que le plus grand nombre des Maliens soient écoutés. Pour cela, elle propose la participation des partis politiques, du gouvernement, des organisations de la société civile, des collectivités, des mouvements armés, des groupes armés d’autodéfense, des Maliens de l’extérieur, du secteur privé, des organisations socioprofessionnelles…Parlant de la durée du dialogue, la plateforme propose 6 à 12 mois.
Les résultats attendus
A ce niveau, la plateforme ANW KO Mali estime que le retour progressif de la confiance entre l’Etat et les autres acteurs de la société malienne ; la remobilisation des citoyens pour la patrie ; l’adoption des recommandations applicables à courts termes; une feuille de route disponibles avec les propositions de réformes attendues, et  un agenda de mise en œuvre sur les stratégies pour les réaliser, devraient être, entre autres, les résultats immédiats attendus de ce dialogue. Les attentes sont aussi nombreuses à moyen et long termes.
Avant de terminer,  la présidente  de la plateforme ANW KO Mali, Mme Sy Kadiatou, a précisé que le Dialogue national inclusif, tel que conçu par  son mouvement, est un passage obligé pour une sortie définitive de la crise.
Il faut noter que beaucoup d’organisations politiques et de la société civile  dont le Front pour la sauvegarde de la démocratie de Soumaila Cissé ont, au cours de cette conférence débat, officialisé leur adhésion à cette plateforme dont les objectifs sont : analyser et influencer les politiques et actions des autorités dans le sens des intérêts du pays ; participer et engager les acteurs dans le processus de redressement des autorités dans le sens des intérêts du pays ; renforcer la résistance aux tentatives de « partition » du Mali.
Boureima Guindo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here