Insécurité au centre du Mali Les élus exigent le redéploiement des FAMAS dans leur localité

Dans sa mission de recherche de la paix, de la réconciliation et de la cohésion sociale, l’Association pour le développement de Bandiagara (ADB) a été accueillie, le vendredi 26 juillet, dans l’arrondissement de Kendié. Une occasion pour le porte-parole des maires des trois communes que compose cet arrondissement, Habib Yalcouyé, de réclamer le redéploiement des Forces armées maliennes (Famas) dans leur localité. « Nos populations se sentent abandonnées par l’Etat », a-t-il dit.
Vivre dans la paix et dans une parfaite harmonie entre toutes les communautés sous la protection de l’Etat ; tel est le souhait le plus ardent des populations des trois communes de Kendié, notamment Borgo, Dogani-Bèrè, Kendié. Devant la délégation de l’ADB, les représentants des villages de ces trois communes ont d’abord, comme toutes les autres communes du cercle Bandiagara, fustigé l’absence de l’Etat dans leur localité. « Nous sommes dans la recherche de la paix, de la réconciliation et de la cohésion sociale. La guerre ne fait que nous retarder. Il est temps que nous, les enfants du terroir, nous donnions la main », a introduit Seydou Tembely, le secrétaire à la communication de l’ADB devant la population de Kendié. Après avoir salué la délégation pour sa noble mission, le 1er Adjoint au maire de Kendié, Habib YALCOUYÉ, a, au nom de ses collègues maires de Borgo, de Dogani-Bèrè et de Kendié, a dévoilé toute la souffrance de la population due à l’insécurité. « Depuis le début de ce conflit, nos populations vivent dans la psychose et la peur », regrette-t-il avant d’ajouter : «l’Etat qui devait sécuriser les populations et leurs biens est absent… Nos populations se sentent abandonnées par l'Etat ». Le porte-parole des élus des communes de Kendié a profité de cette rencontre pour inviter les autorités à déployer les Famas dans leur localité. Quant aux membres de la délégation de l’ADB, ils ont tour à tour, prêché pour la paix et ont promis de transmettre les doléances des populations aux plus hautes autorités du Mali.
A. Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here