Rentrée économique 2019 : Sous le signe de la préservation et du renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires

Elle constitue un cadre privilégié permettant aux acteurs des milieux économiques, l’espace d’une journée, de mettre les questions économiques au centre des préoccupations nationales

La salle de banquets de Koulouba a vibré le jeudi 25 juillet dernier au rythme de la rentrée économique, 3ème du genre, sous le thème : « La préservation et le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires au Mali ». Les travaux de cette 3ème édition de la rentrée économique ont été présidés par le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, accompagné des membres du Gouvernement dont le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, ministre de l’Economie et des Finances. C’était en présence des présidents des Institutions, de plusieurs acteurs au monde des affaires du secteur privé avec à sa tête le Président du CNPM, Mamadou Sinsy Coulibaly, ainsi que Zhu LIYING, ambassadeur de la République populaire de Chine.

La Rentrée économique, inscrite dans l’agenda des décideurs politiques est le cadre privilégié où les acteurs des milieux économiques, l’espace d’une journée, mettent les questions économiques au centre des préoccupations nationales. Selon le président du CNPM, la pérennisation de cette activité, qui est à sa 3ème édition cette année, est le fruit d’une volonté clairement affichée par Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, Président de la République, lors de la première édition de la Rentrée économique, tenue ici dans cette même salle en mai 2017. C’est pourquoi, il a saisi solennellement, au nom de l’ensemble du secteur privé, d’adresser ses sincères remerciements et sa profonde gratitude pour ce geste fort du président IBK en direction des acteurs du monde économique.

Le président Coulibaly, a, en outre, rappelé que les propositions faites par le secteur privé, lors de la première édition de la Rentrée économique, ont reçu un écho favorable de la part du Gouvernement, l’écho qui a permis l’obtention de résultats importants parmi lesquels nous pouvons citer l’adoption d’un décret orientant la commande publique vers les productions nationale, la réduction de la pression fiscale sur les salaires à travers la suppression de certaines taxes qui n’existaient que dans notre pays et qui se justifiaient difficilement dans un contexte de crise d’emplois.Il ne rassure ni les acteurs économiques locaux ni les investisseurs étrangers.Nous devons le reformer pour en faire le tribunal du commerce de nos besoins », a sollicité le président du CNPM.

L’insécurité juridique et judiciaire occupe une place privilégiée, selon le président du patronat malien, cette insécurité juridique et judiciaire impacte négativement le climat des affaires et constitue un frein à la volonté des investisseurs étrangers d’investir au Mali.

Pour sa part, le président de la République, IBK s’est réjoui particulièrement que cette rencontre soit placée cette année sous le thème de la préservation et du renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires « car il faut sécuriser l’investissement par les bonnes décisions de justice, une justice indépendante et crédible; c’est à ce prix-là qu’il sera possible pour le Mali d’attirer l’investissement privé national, direct et indirect étrangers ».

Après un exposé succinct sur le thème de la matinée de rentrée économique par le vice-président du Conseil national du patronat du Mali, le Président de la République, avec un intérêt et une profonde satisfaction, a apprécié le parcours élogieux qui confirme d’importants progrès réalisés. « Nous avons pu rapidement procéder à la réforme aux fins d’alléger certaines taxes fiscales sur les salaires, notamment avec la charge des employeurs et faciliter également l’accès des entreprises à la commande publique, pourvu que cette commande publique à vous confiée nous donne satisfaction quant au résultat, quant au produit fini. Je veux bien que les bureaux des ministres, les chaises, les tables, les fauteuils, les mobiliers confiés au secteur privé aient la même qualité de finition si possible que le produit importé. C’est à ces prix-là que vous allez vous même survivre mais que ce ne soit pas un transfert uniquement au motif de nationalité. Cela n’est pas dans votre intérêt, ni le nôtre. Donc que la qualité soit toujours le souci et qu’elle soit là » a précisé IBK. Avant de se glorifier,à juste titre de la 3ème place qu’occupe notre pays dans l’Espace UEMOA, après la Côte d’Ivoire et le Sénégal et le rôle puissant joué par nos hommes d’affaires dans la réalisation de cette performance économique.

« Dans un temps où nous avons maintenant une zone de libres échanges qui va couvrir sur tout le continent, nous avons intérêt à ce que dans ce nouvel espace concurrentiel, nous venions avec qualité, compétence et conviction. Je souhaite que notre secteur privé soit parmi les meilleurs sinon le meilleur » a souhaité le président IBK.

AMTouré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here