Bilan à mi-parcours du triumvirat sur le dialogue politique inclusif : “Nous avons plutôt un sentiment positif sans nier les difficultés…, notre rôle n’est pas de juger “

Après quelques rencontres avec certaines personnalités du pays dans le processus du dialogue politique inclusif, les facilitateurs étaient encore une fois face aux hommes de médias mercredi dernier au bureau du Médiateur de la République pour restituer les premières rencontres.

Cette conférence de presse était conjointement animée par l’équipe qui forme le triumvirat. Les facilitateurs diront qu’ils ont rencontré deux anciens chefs d’Etat du Mali(le Général Moussa Traoré et le Pr Dioncounda TRAORÉ), certains anciens Premiers ministres dont Diango Sissoko, Abdoulaye Idrissa Maïga, Moussa Mara, Soumeylou B. Maïga, Mariam Kaïdama, des regroupements et des responsables de la classe politique dont Soumaïla Cissé, le chef de l’opposition et président de l’URD. Ils ont tous affiché leur optimisme sur le processus de dialogue inclusif au Mali. « A ce jour, nous avons plutôt un sentiment positif sans nier les difficultés », selon les membres du triumvirat.

Ils ont par ailleurs rappelé que l’équipe est à pied œuvre pour conduire à bon port le processus dans l’inclusivité.

Selon Ousmane Issoufi Maïga, le Mali traverse une crise multidimensionnelle qui n’a que trop durer : « Notre rôle est de faciliter le dialogue entre les Maliens (partis politiques, société civile…) Tout ça doit être organisé pour que le débat soit fructueux, pour que les gens, dans une courtoisie, se respectent, s’écoutent et s’entendent. Le tissu social est fracturé et déchiré, il faut le recoudre…Notre rôle n’est pas de juger, mais plutôt de faciliter le débat entre les Maliens. Il est extrêmement important que cela puisse se faire dans la plus grande convivialité.»

« Nous avons écouté beaucoup, nous avons noté beaucoup, mais on n’a pas fini….Ceux que nous avons reçus, nous ont laissé plutôt un sentiment positif. Il y en avait qui avaient des préalables, qui ont posé leurs préalables, qui ont demandé des précisions. C’est notre rôle de faire en sorte que le maximum d’acteurs adhérent à cette démarche. A ce jour, nous avons plutôt un sentiment positif sans nier les difficultés. »

Selon les membres du triumvirat, tous les sujets qui sont à la base de la crise malienne seront débattus. « Lors du processus de dialogue politique inclusif, il ne sera pas seulement question de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger. Il n’y a pas de sujet tabou. Tous les sujets seront débattus », précisent les facilitateurs du processus de dialogue politique inclusif.

Alassane CISSE

Source : Notre Voie

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here