Campagne nationale de reboisement : Le message des autorités appliqué à la lettre par l’Association ‘’Siguidaw Yelen’’

À Niamana, l’Association ‘’Siguidaw Yelen’’a tenu la cérémonie du lancement de l’édition 2019 de ses trois jours de reboisement à travers le pays. Cette cérémonie a eu lieu le samedi 17 août 2019 au sein de l’école publique dudit quartier. En effet, 600 pieds d’arbustes ont été plantés. C’était sous la tutelle du 1er vice-président de ‘’Siguidaw Yelen’’, Abdou Coulibaly, en présence du représentant des Eaux et forêts, Ousmane Tall, de celui du sous-préfet de Kalaban-Coro, Djourthé Sidibé…

Appliquant à la lettre le message lancé dans le cadre de la campagne nationale de reboisement par les autorités du pays, les membres de ‘’Siguidaw Yelen’’ ont ont organisé cet évènement. Pour ce faire, environ 600 pieds d’arbres ont pu être plantés au profit de la population de Niamana. Ainsi, dans son discours d’ouverture de séance, le 1er vice-président, Abdou Coulibaly, rappelle que la sensibilisation de la jeunesse pour la protection de l’environnement ne date pas de nos jours. « Elle remonte jusqu’aux années 70 et 80 à travers une émission radiodiffusée de nos ainés intitulée’’ Sahel vert’’ », dit-il. Puis de poursuivre : « Nos efforts d’aujourd’hui sont pour l’avenir de nos enfants qui seront le socle du développement de ce pays ». Cela, lit-on dans le discours, dans un futur que nous voulons tous « radieux ». Selon le 1er vice-président, par ces plantations d’arbres, les membres de ’’Siguida Yelen’’ veulent laisser leur « empreint indélébile » à l’aune de leur passage dans le pays. Ce qui justifie l’édition 2019 où trois jours seront consacrés au reboisement par l’Association. « Nous sommes réunis pour poser des jalons de la sauvegarde de notre environnement pour enrayer la menace de disparition de la couche d’ozone, » qui, selon Abdou, peut être un mauvais souvenir pour les générations à venir. Cette menace de l’environnement, ajoute M. Coulibaly, plane sur les pays en voie d’industrialisation. Après avoir appelé la jeunesse à la prise de conscience, il argue : « Planter un arbre est un acte noble dont les bienfaits peuvent profiter à des milliers de personnes », précise Abdou qui rappelle la mission de l’Association : « Notre rôle est de répondre aux différentes préoccupations de la population. Nous avons construit des dispensaires pour les villages, ouvert des châteaux d’eau, tout comme des pompes pour les villages. Nous avons donné d’emplois à plus de 10 000 femmes ». Sans langue de bois, il martèle que les 600 pieds d’arbustes prévus pour Niamana sont répartis entre l’école publique du quartier, le cimetière et le CSCOM. Pour les deux autres jours, conclut-il, d’autres endroits sont prévus pour le reste des opérations. Quant au représentant du sous-préfet, Djourthé Sidibé, la présence de ‘’Siguidaw Yelen’’ est d’une importance capitale pour la population de la commune rurale de Kalaban-Coro, comme bien d’autres circonscriptions administratives. Puisque, témoigne-t-il, partout où le besoin des populations s’est fait sentir, elle vient en aide avec ou sans l’appui des autorités. Présent sur le lieu, M. Ousmane Tall, les représentants des Eaux et forêts déclare : « Il est source de la pluie, de bonheur, et pleine d’autres choses. C’est l’arbre qui soigne les maladies et joue un rôle primordial face à ce changement climatique ». La cérémonie s’est achevée avec la plantation des pieds d’arbustes de l’école publique de Niamana.

Mamadou Diarra

Source : Le Pays

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here