Corruption et délinquance financière : L’épée (de Damoclès) du FMI

Même si l’on ne peut pas, pour l’instant, affirmer que de nouveaux scandales vont encore éclaté dans notre pays, on peut dire, avec assurance, qu’elle n’est pas loin la nouvelle période qui verra le Mali, une nouvelle fois, assis au banc des accusés pour de nouveaux cas de mauvaise gouvernance chronique.

Tout le monde se tient sur ses gardes et suit avec impatience l’évolution des affaires relatives aux hélicos Super-Puma et aux Tucano, à commencer par les partenaires.Un parmi eux, et pas le moins important, le Fonds monétaire international, s’est signalé il y a de cela quelques jours.

De manière confidentielle, il a demandé à notre gouvernement de faire toute la lumière sur ces achats d’hélicos cloués au sol sous peine de sanctions. Des sanctions qui, si l’on s’en tient à l’attitude du gouvernement et de la justice malienne, pourront survenir car, pour l’instant, rien n’est fait ou entrepris pour que les responsabilités soient situées dans ces affaires d’avions.

Malgré les assurances données par le ministre porte-parole du gouvernement dans un tweet, on ne sent rien poindre. Apparemment, comme le craint nombre de nos compatriotes, sauf pression des institutions de Bretton et menace de sanctions de nos partenaires, on passera tout cela, comme c’est souvent le cas au Mali, par pertes et profits.

 M.T

 

Commentaires via Facebook :



Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here